“Je pensais que j’allais mourir”: une survivante africaine du coronavirus partage son expérience

“Je pensais que j’allais mourir”: une survivante africaine du coronavirus partage son expérience

Comment la nation la plus peuplée d’Afrique fera-t-elle face à une épidémie? Ayodeji Osowobi était l’un des cinq patients libérés par les autorités sanitaires nigérianes à Lagos lundi après s’être remis de Covid-19, la maladie causée par le coronavirus.

Dans une série de publications sur Twitter lundi, Osowobi a partagé son expérience de la vie avec le virus dans un centre d’isolement à Lagos. Sa maladie a commencé après un voyage à Londres où elle a assisté au service de jour du Commonwealth à l’abbaye de Westminster. Elle était le porte-drapeau du service tenu le 9 mars où elle a dirigé la procession qui comprenait la reine Elizabeth, des membres de la famille royale et la secrétaire générale du Commonwealth Patricia Scotland.

Le service de la Journée du Commonwealth est une célébration annuelle de 54 États membres, dont le Nigéria, leur terrain d’entente et leurs réalisations. La femme de 29 ans a déclaré qu’à son retour à Lagos, elle est tombée malade et a immédiatement contacté le Nigeria Center for Disease Control (NCDC) pour se faire tester.

Le NCDC est le principal institut national de santé publique du pays et a été à l’avant-garde de la réponse du Nigéria à la pandémie de coronavirus. Son test était positif et Osowobi a écrit qu’elle avait été emmenée en ambulance au centre des maladies infectieuses de l’hôpital Mainland à Yaba, une banlieue de Lagos. Un service d’isolement a été mis en place à l’hôpital pour les patients atteints de coronavirus.

Centre d’isolement

Après son arrivée à l’hôpital, Osowobi a déclaré qu’elle avait passé un certain temps à se sentir «seule, ennuyée et déconnectée du monde extérieur».

Selon Osowobi, le service dans lequel elle a été placée était initialement vide jusqu’à ce que d’autres patients arrivent quelques jours plus tard. Le Nigéria compte actuellement 135 cas confirmés de virus, dont 81 à Lagos.

La douleur était insupportable

Osowobi dit qu’elle souffrait tellement qu’elle pensait qu’elle allait mourir. «Les jours suivants ont été difficiles. Pas d’appétit. Les nausées, les vomissements et les selles étaient insupportables », a-t-elle écrit.

Osowobi a déclaré que la contraction du virus lui avait fait penser à l’avenir de son organisation. «Je pensais que j’allais mourir et j’ai envisagé un plan de relève pour Stand to End Rape», a-t-elle déclaré. Elle a écrit qu’elle avait pris jusqu’à 31 pilules, toutes rejetées par son système.

«Parfois, je prenais 8 comprimés le matin, 13 comprimés l’après-midi, 10 le soir. Mon système a tout jeté! L’eau, la nourriture, le savon et tout me dégoûtaient. Mais je regardais le mur et je me forçais à rester hydraté – bu du SRO. J’AI BESOIN DE VIVRE! » elle a écrit, en utilisant un acronyme pour solution de réhydratation orale.

Vaincre le virus

Finalement, Osowobi a dit qu’elle avait reçu de bonnes nouvelles de ses médecins, qui lui ont dit qu’elle avait un test négatif. Elle a dit qu’elle espérait être renvoyée du centre d’isolement immédiatement. Mais deux jours après, elle est restée dans la salle

L’un de ses résultats de test est revenu positif, la forçant à passer des jours supplémentaires au centre sous médication et observation, a-t-elle déclaré. Elle a demandé à être transférée dans une autre salle, mais elle est restée dans la même salle avec d’autres patients qui étaient toujours positifs.

«Pour eux, j’étais une lueur d’espoir et ils avaient besoin de moi pour enregistrer les progrès», a-t-elle écrit. Elle a été libérée lundi avec quatre autres personnes.

«Aujourd’hui, je suis fier de vous informer que j’ai assassiné le COVID-19 et que j’ai testé NÉGATIF ​​DEUX FOIS! J’AI ÉTÉ DÉCHARGÉ! » dit-elle sur Twitter. “Je bénis Dieu pour ses miséricordes.”

«Nous devons encourager les gens à se faire tester et à mettre fin à la stigmatisation. Pratiquer la distanciation sociale et arrêter la propagation », a-t-elle écrit.