La Chine utilise le viol comme tactique de torture contre les détenus ouïghours

La Chine utilise le viol comme tactique de torture contre les détenus ouïghours

Les Ouïghours qui étaient autrefois détenus dans des camps d’internement dans la région du Xinjiang en Chine disent avoir été victimes d’abus sexuels et de viol lors d’interrogatoires par les autorités chinoises, tout en étant également témoins de viol d’autres codétenus.

Tursunay Ziyawudun, une survivante du camp de femmes ouïghoures de 42 ans qui vit maintenant dans l’État américain de Virginie, a déclaré à VOA qu’elle avait été battue, abusée sexuellement et violée en groupe lors d’interrogatoires dans un camp d’internement du comté de Kunes, dans le nord du Xinjiang en 2018.

Les groupes de défense des droits internationaux estiment que plus d’un million de Ouïghours et d’autres groupes minoritaires turcophones du Xinjiang sont détenus dans des camps d’internement depuis le début de 2017.

Dans des documents gouvernementaux internes divulgués, la Chine a qualifié de telles installations de «transformation par des centres éducatifs» visant à «laver les cerveaux, nettoyer les cœurs, renforcer la droiture et éliminer le mal», et les a ensuite décrites au niveau international comme des «centres de formation professionnelle» pour «lutter contre le terrorisme et la religion. extrémisme.”

L’histoire de Ziyawudun a été rapportée pour la première fois par la BBC la semaine dernière.

Ziyawudun et son mari, d’origine kazakhe, tous deux originaires du Xinjiang, ont d’abord déménagé au Kazakhstan voisin pour ouvrir une clinique médicale en 2011.

Mais en novembre 2016, à leur retour en Chine, les responsables locaux du Xinjiang ont saisi leurs passeports et, en avril 2017, ont envoyé Ziyawudun dans un camp d’internement pour «rééducation» pour avoir voyagé et vécu au Kazakhstan, l’un des 26 pays que les autorités chinoises du Xinjiang jugent sensibles. .

Après plusieurs semaines, Ziyawudun a été libérée du camp, et en juin 2017, la police a publié le passeport de son mari, lui permettant d’aller au Kazakhstan pendant deux mois tout en gardant Ziyawudun en Chine comme garantie de son retour au Xinjiang sans s’engager dans aucune ” activités anti-chinoises »au Kazakhstan.

Son mari n’est pas retourné en Chine comme les autorités chinoises l’avaient exigé, et en mars 2018, en guise de punition pour sa décision, Ziyawudun a été emmenée pour la deuxième fois dans le camp d’internement où elle a été témoin de ce qu’elle a appelé «les abus sexuels les plus barbares et inhumains. contre [moi] et les autres compagnons de cellule. “

«À quatre reprises, j’ai été emmenée dans une salle d’interrogatoire, où j’ai été battue, ma partie intime a été électrocutée de manière insupportable par une matraque électrique et j’ai été violée en groupe», a déclaré Ziyawudun à VOA, ajoutant que certaines de ses codétenues ne sont jamais venues. de retour dans la cellule après leur visite à la salle d’interrogatoire, et ceux qui sont revenus ont été invités à se taire ou à faire face aux conséquences.

En décembre 2018, après neuf mois dans le camp, Ziyawudun a été libéré. Elle a déclaré que les autorités chinoises l’avaient libérée sous la pression en raison de la campagne de son mari au Kazakhstan.

En septembre 2019, le gouvernement chinois lui a permis de voyager pendant un mois seulement au Kazakhstan pour rester avec son mari. Au Kazakhstan, sa demande d’asile a été rejetée, mais elle a pu rester avec sa famille malgré le risque constant d’expulsion soudaine vers la Chine. En septembre 2020, le gouvernement américain lui a permis de venir aux États-Unis.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a déclaré la semaine dernière que l’allégation de viol de Ziyawudun «n’avait aucun fondement factuel».

Les responsables américains affirment que «ces atrocités choquent la conscience et doivent avoir de graves conséquences».

«Nous sommes profondément troublés par les informations, y compris des témoignages de première main, faisant état de viols systématiques et d’abus sexuels contre des femmes dans des camps d’internement pour ouïghours et autres musulmans du Xinjiang», a déclaré une porte-parole du département d’État américain dans un communiqué la semaine dernière.