Le premier drone camerounais plane dans le ciel international

Le premier drone camerounais plane dans le ciel international

À 26 ans seulement, William Elong a déjà inscrit son nom dans le livre des génies africains en lançant le tout premier drone made in Cameroun. Le promoteur de la startup Will & Brothers et Algo Drone a annoncé en début d’année avoir réussi une deuxième levée de fonds de 2 millions d’euros pour partir à l’assaut du marché international. Portrait.

Son nom survole le continent et le monde entier depuis bientôt deux ans grâce à sa prouesse technologique. William Elong a créé l’exploit en lançant le tout premier service de drones civils made in Cameroun. Le promoteur de la startup camerounaise Will & Brothers et Algo Drone, dont la holding est basée en Allemagne, veut challenger les géants du secteur dans le ciel international.

© PHOTO. FACEBOOK WILLIAM ELONGWilliam Elong tient entre les mains un modèle de son drone en 2017

Pour y arriver, ce brillant entrepreneur diplômé en stratégie et intelligence économique de l’École de guerre de Paris a annoncé en janvier dernier avoir réussi à faire une levée de fonds de 2 millions d’euros, soit un peu plus de 1,3 milliard de francs CFA. Rencontré en marge de la semaine l’innovation numérique à Yaoundé, ce passionné de la robotique dévoile à Sputnik, les ingrédients de son parcours atypique.

«Je n’ai absolument aucun diplôme en robotique ou en système embarqué. J’ai plutôt fait des études de commerce. Par contre, j’ai travaillé pour des entreprises dans le secteur de la sécurité pendant quelques années: Nexter (un fabricant de véhicules blindés) où j’étais consultant en intelligence économique et Thalès Cameroun qui offre des services de cyber sécurité. C’est à travers ces expériences de terrain dans le domaine de la sécurité que j’ai compris quels étaient les enjeux liés à la question des drones et à la gestion des données satellitaires; ce qui m’a permis de lancer ma propre entreprise», relate-t-il au micro de Sputnik.

Quand il s’agit d’évoquer sa passion pour la robotique, William Elong esquisse un long sourire avant de lâcher :

«C’est un peu comme demander à quelqu’un qui aime le piano d’où vient sa passion pour le piano. Sincèrement, je ne sais pas. L’environnement peut-être, car j’ai eu beaucoup de chances de m’intéresser très tôt à tout ce qui touche à la robotique. Ça s’est fait tout seul. Je dirais même que c’est inné», confie-t-il.

Hall école des postes et télécommunication de Yaoundé, site de l’événement.

Une passion bien nourrie qui a permis à ce jeune prodige de se lancer dans l’entrepreneuriat dès 2015. William crée successivement Will & Brothers, une startup spécialisée dans l’intelligence économique et l’innovation technologique spécialisée; puis Drone Africa afin de réaliser son rêve de mettre au point des drones 100% camerounais.

«À part la Startup Will and Brothers, il y en a une autre dénommé Algo Drone qui s’appelait au départ Drone Africa. Elle est devenue une entreprise présente dans plusieurs pays. On a donc créé un bureau en Allemagne, ce qui nous a permis de toucher l’Europe et de ne plus se concentrer seulement sur l’Afrique, parce que l’on estime que le marché mondial est vaste», précise-t-il au micro de Sputnik.

Grâce à la création de ces deux structures, William Elong réalise enfin son rêve de développer l’application Drone Africa: lancer le tout premier service de drones civils au Cameroun. Une innovation qui lui a valu d’inscrire son nom dans le cercle fermé des génies africains. Dès 2016, il figure dans le top 30 des jeunes entrepreneurs africains les plus prometteurs, classement publié par le célèbre magazine américain Forbes.

Lire la suite sur Sputnik