Les 12 virus les plus meurtriers sur Terre

Les 12 virus les plus meurtriers sur Terre

Les humains luttent contre les virus depuis bien avant que notre espèce ait même évolué vers sa forme moderne. Pour certaines maladies virales, les vaccins et les antiviraux nous ont permis d’empêcher la propagation des infections et ont aidé les malades à se remettre. Pour une maladie – la variole – nous avons pu l’éradiquer, débarrasser le monde de nouveaux cas.

Mais nous sommes loin de gagner la lutte contre les virus. Au cours des dernières décennies, plusieurs virus sont passés des animaux aux humains et ont déclenché des épidémies importantes, faisant des milliers de morts. La souche virale qui a provoqué l’épidémie d’Ebola 2014-2016 en Afrique de l’Ouest tue jusqu’à 90% des personnes qu’elle infecte, ce qui en fait le membre le plus mortel de la famille Ebola.

Mais il existe d’autres virus qui sont également mortels, et certains sont encore plus mortels. Certains virus, y compris le nouveau coronavirus qui est actuellement à l’origine d’épidémies dans le monde, ont des taux de mortalité plus faibles, mais constituent toujours une menace sérieuse pour la santé publique car nous n’avons pas encore les moyens de les combattre.

Voici les 12 pires tueurs, en fonction de la probabilité qu’une personne meure si elle est infectée par l’un d’entre eux, du nombre de personnes qu’elle a tuées et de la question de savoir si elles représentent une menace croissante.

Virus de Marburg

Les scientifiques ont identifié le virus de Marburg en 1967, lorsque de petites épidémies se sont produites parmi des travailleurs de laboratoire en Allemagne qui ont été exposés à des singes infectés importés d’Ouganda. Le virus de Marburg est similaire à Ebola en ce que les deux peuvent provoquer une fièvre hémorragique, ce qui signifie que les personnes infectées développent de fortes fièvres et des saignements dans tout le corps, ce qui peut entraîner un choc, une défaillance organique et la mort.

Le taux de mortalité lors de la première flambée était de 25%, mais il était supérieur à 80% lors de la flambée de 1998-2000 en République démocratique du Congo, ainsi que lors de la flambée de 2005 en Angola, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Virus Ebola

Les premières épidémies d’Ebola connues chez l’homme ont frappé simultanément en République du Soudan et en République démocratique du Congo en 1976. L’Ebola se transmet par contact avec du sang ou d’autres liquides organiques, ou des tissus de personnes ou d’animaux infectés. Les souches connues varient considérablement dans leur caractère mortel, a déclaré à Live Science Elke Muhlberger, spécialiste du virus Ebola et professeur agrégé de microbiologie à l’Université de Boston.

Une souche, Ebola Reston, ne rend même pas les gens malades. Mais pour la souche Bundibugyo, le taux de mortalité atteint jusqu’à 50%, et il peut atteindre 71% pour la souche Soudan, selon l’OMS.

L’épidémie en cours en Afrique de l’Ouest a commencé au début de 2014 et est à ce jour l’épidémie la plus importante et la plus complexe de la maladie, selon l’OMS.

Rage

Bien que les vaccins antirabiques pour animaux de compagnie, qui ont été introduits dans les années 1920, aient contribué à rendre la maladie extrêmement rare dans le monde développé, cette condition demeure un problème grave en Inde et dans certaines parties de l’Afrique.

“Il détruit le cerveau, c’est une maladie vraiment, vraiment mauvaise”, a déclaré Muhlberger. “Nous avons un vaccin contre la rage et nous avons des anticorps qui agissent contre la rage, donc si quelqu’un est mordu par un animal enragé, nous pouvons traiter cette personne”, a-t-elle déclaré.

Cependant, elle a dit: “Si vous ne recevez pas de traitement, il y a 100% de chances que vous mourriez.”

V.I.H

Dans le monde moderne, le virus le plus mortel de tous peut être le VIH. “C’est toujours celui qui tue le plus”, a déclaré le Dr Amesh Adalja, médecin spécialiste des maladies infectieuses et porte-parole de l’Infectious Disease Society of America.

On estime que 32 millions de personnes sont décédées du VIH depuis que la maladie a été reconnue pour la première fois au début des années 80. “La maladie infectieuse qui pèse le plus lourdement sur l’humanité en ce moment est le VIH”, a déclaré Adalja.

De puissants antiviraux ont permis aux gens de vivre des années avec le VIH. Mais la maladie continue de dévaster de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire, où 95% des nouvelles infections à VIH se produisent. Près d’un adulte sur 25 dans la région africaine de l’OMS est séropositif, ce qui représente plus des deux tiers des personnes vivant avec le VIH dans le monde.

Variole

En 1980, l’Assemblée mondiale de la santé a déclaré le monde exempt de variole. Mais avant cela, les humains ont lutté contre la variole pendant des milliers d’années, et la maladie a tué environ 1 personne sur 3 infectée. Cela a laissé des survivants avec des cicatrices profondes et permanentes et, souvent, une cécité.

Les taux de mortalité étaient beaucoup plus élevés dans les populations en dehors de l’Europe, où les gens avaient peu de contact avec le virus avant que les visiteurs ne l’apportent dans leur région. Par exemple, les historiens estiment que 90% de la population indigène des Amériques est décédée de la variole introduite par les explorateurs européens. Rien qu’au XXe siècle, la variole a tué 300 millions de personnes.

“C’était quelque chose qui avait un énorme fardeau pour la planète, pas seulement la mort mais aussi la cécité, et c’est ce qui a stimulé la campagne pour l’éradiquer de la Terre”, a déclaré Adalja.

Hantavirus

Aux États-Unis, le syndrome pulmonaire à hantavirus (HPS) a attiré l’attention pour la première fois en 1993, lorsqu’un jeune Navajo en bonne santé et sa fiancée vivant dans la région de Four Corners aux États-Unis sont décédés dans les jours qui ont suivi l’essoufflement. Quelques mois plus tard, les autorités sanitaires ont isolé l’hantavirus d’une souris sylvestre vivant au domicile d’une des personnes infectées. Aux États-Unis, plus de 600 personnes ont contracté la SPH et 36% sont décédées de la maladie, selon les Centers for Disease Control and Prevention.

Le virus n’est pas transmis d’une personne à une autre, mais les gens contractent la maladie en étant exposés aux excréments de souris infectées.

Auparavant, un hantavirus différent avait provoqué une épidémie au début des années 1950, pendant la guerre de Corée, selon un article publié en 2010 dans la revue Clinical Microbiology Reviews. Plus de 3 000 soldats ont été infectés et environ 12% d’entre eux sont morts.

Alors que le virus était nouveau dans la médecine occidentale lorsqu’il a été découvert aux États-Unis, les chercheurs ont réalisé plus tard que les traditions médicales navajos décrivent une maladie similaire et ont lié la maladie aux souris.

Virus de la Grippe

Au cours d’une saison typique de la grippe, jusqu’à 500 000 personnes dans le monde mourront de la maladie, selon l’OMS. Mais parfois, lorsqu’une nouvelle souche de grippe émerge, une pandémie se traduit par une propagation plus rapide de la maladie et, souvent, des taux de mortalité plus élevés.

La pandémie de grippe la plus meurtrière, parfois appelée la grippe espagnole, a commencé en 1918 et a rendu malade jusqu’à 40% de la population mondiale, tuant environ 50 millions de personnes.

“Je pense qu’il est possible que quelque chose comme l’épidémie de grippe de 1918 se reproduise”, a déclaré Muhlberger. “Si une nouvelle souche de grippe se frayait un chemin dans la population humaine et pouvait se transmettre facilement entre humains et causer une maladie grave, nous aurions un gros problème.”

La Dengue

Le virus de la dengue est apparu pour la première fois dans les années 1950 aux Philippines et en Thaïlande, et s’est depuis propagé dans les régions tropicales et subtropicales du globe. Jusqu’à 40% de la population mondiale vit maintenant dans des régions où la dengue est endémique et la maladie – avec les moustiques qui la portent – est susceptible de se propager plus loin avec le réchauffement du monde.

La dengue rend malade 50 à 100 millions de personnes par an, selon l’OMS. Bien que le taux de mortalité de la dengue soit inférieur à celui de certains autres virus, à 2,5%, le virus peut provoquer une maladie de type Ebola appelée dengue hémorragique, et cette condition a un taux de mortalité de 20% si elle n’est pas traitée. “Nous devons vraiment réfléchir davantage au virus de la dengue, car il représente une menace réelle pour nous”, a déclaré Muhlberger.

Un vaccin contre la dengue a été approuvé en 2019 par la Food and Drug Administration des États-Unis pour une utilisation chez les enfants de 9 à 16 ans vivant dans des régions où la dengue est courante et avec des antécédents confirmés d’infection virale, selon le CDC. Dans certains pays, un vaccin approuvé est disponible pour les 9-45 ans, mais là encore, les bénéficiaires doivent avoir contracté un cas confirmé de dengue dans le passé. Ceux qui n’ont pas attrapé le virus auparavant pourraient courir le risque de développer une dengue sévère s’ils reçoivent le vaccin.

Rotavirus

Deux vaccins sont désormais disponibles pour protéger les enfants contre le rotavirus, principale cause de maladies diarrhéiques graves chez les bébés et les jeunes enfants. Le virus peut se propager rapidement, par ce que les chercheurs appellent la voie fécale-orale (ce qui signifie que de petites particules de matières fécales finissent par être consommées).

Bien que les enfants des pays développés meurent rarement d’une infection à rotavirus, la maladie tue les pays en développement, où les traitements de réhydratation ne sont pas largement disponibles.

L’OMS estime que dans le monde, 453 000 enfants de moins de 5 ans sont morts d’une infection à rotavirus en 2008. Mais les pays qui ont introduit le vaccin ont signalé une forte baisse des hospitalisations et des décès dus au rotavirus.

SARS-CoV

Le virus qui cause le syndrome respiratoire aigu sévère, ou SRAS, est apparu pour la première fois en 2002 dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, selon l’OMS. Le virus a probablement émergé chez les chauves-souris, initialement, puis a sauté dans les mammifères nocturnes appelés civettes avant d’infecter finalement les humains. Après avoir déclenché une épidémie en Chine, le SRAS s’est propagé à 26 pays à travers le monde, infectant plus de 8 000 personnes et tuant plus de 770 personnes en deux ans.

La maladie provoque de la fièvre, des frissons et des courbatures, et évolue souvent vers une pneumonie, une maladie grave dans laquelle les poumons s’enflamment et se remplissent de pus. Le SRAS a un taux de mortalité estimé à 9,6% et, à ce jour, n’a pas de traitement ou de vaccin approuvé. Cependant, aucun nouveau cas de SRAS n’a été signalé depuis le début des années 2000, selon le CDC.

SARS-CoV-2

Le virus qui cause le syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ou MERS, a déclenché une épidémie en Arabie saoudite en 2012 et une autre en Corée du Sud en 2015. Le virus MERS appartient à la même famille de virus que SARS-CoV et SARS-CoV-2, et provient probablement aussi de chauves-souris. La maladie a infecté les chameaux avant de passer chez l’homme et déclenche de la fièvre, de la toux et un essoufflement chez les personnes infectées.

Le MERS évolue souvent vers une pneumonie sévère et a un taux de mortalité estimé entre 30% et 40%, ce qui en fait le plus mortel des coronavirus connus qui sont passés des animaux aux humains. Comme pour le SRAS-CoV et le SRAS-CoV-2, le MERS n’a aucun traitement ni vaccin approuvé.

Source : SantePeauNoir.com