Les Africains maltraités en Chine, Donald Trump dénonce la « xénophobie » des autorités

Les Africains maltraités en Chine, Donald Trump dénonce la « xénophobie » des autorités

Les États-Unis ont dénoncé samedi la « xénophobie » des autorités chinoises envers les Africains, après que ceux-ci ont déclaré être victimes de maltraitance dans la ville de Guangzhou.

La découverte de plusieurs cas positifs de coronavirus dans la plus grande métropole du sud de la Chine a créé la suspicion contre la communauté africaine. Plusieurs ont été expulsés de leurs maisons et hôtels, une attitude jugée inacceptable par la Maison-Blanche.

« Les abus et les mauvais traitements infligés aux Africains vivant et travaillant en Chine rappellent tristement à quel point le partenariat entre la République populaire de Chine et l’Afrique est creux », a déclaré à l’AFP un porte-parole du Département d’État américain.

« À un moment où nous devrions nous soutenir mutuellement pour lutter contre une pandémie que les responsables chinois ont cachée au monde de manière irresponsable, les autorités chinoises se consacrent eux à mettre des étudiants africains à la rue sans nourriture ni abri. »

« C’est regrettable, mais pas surprenant, de voir ce genre de xénophobie des autorités chinoises envers les Africains. Tous ceux qui observent les projets chinois à travers l’Afrique connaissent ce genre de comportement injuste et manipulateur », a-t-il ajouté.

Ces dernières semaines, les États-Unis ont dénoncé le manque de transparence de Pékin au début de l’épidémie de coronavirus, qui a été détectée pour la première fois fin 2019 dans la ville chinoise de Wuhan, affirmant qu’elle a retardé la prise des mesures dans le reste du monde, entraînant des milliers de morts.

Le traitement des Africains à Guangzhou a également suscité samedi une expression « d’extrême préoccupation » de la part du président de l’Union africaine.

Depuis son entrée en fonction en 2017, l’administration du président Donald Trump a montré peu d’intérêt pour l’Afrique. Mais dans son rapport à l’Afrique, il met toujours en garde contre la Chine, dont les investissements et les prêts aux pays africains sont, selon Washington, motivés par des pensées moins amicales.

« Les promesses faites aux Africains, y compris ceux qui travaillent et étudient en Chine, ne sont jamais tenues comme annoncées.  Traiter les gens – en particulier les étudiants – de cette manière pendant une crise mondiale de santé publique en dit long sur la façon dont la Chine considère son soi-disant « partenariat » avec l’Afrique », a noté le porte-parole du département d’État.