L’Iran impose une double exécution au champion lutteur pour avoir manifesté pacifiquement

L’Iran impose une double exécution au champion lutteur pour avoir manifesté pacifiquement

Les tribunaux de la ville iranienne de Shiraz ont giflé un lutteur champion avec une peine choquante de deux condamnations à mort et un fouet pour avoir protesté en 2018 contre les politiques économiques désastreuses de la République islamique d’Iran.

La condamnation de Navid Afkari, 27 ans, a provoqué l’indignation généralisée des militants des droits de l’homme, des Irano-Américains et d’un lutteur américain décoré, qui demandent aux dirigeants religieux de Téhéran d’arrêter l’exécution.

Afkari aurait fait partie des centaines de manifestants qui sont descendus dans la rue lors de manifestations anti-gouvernementales dans plusieurs villes en août 2018. Ils protestaient contre la détérioration de la situation économique et l’inflation dans le pays.

Le site d’information Iran International a rapporté samedi que l’Iran avait infligé deux condamnations à mort à Afkari ainsi que six ans et six mois de prison et 74 coups de fouet.

Une condamnation à mort a été prononcée par un tribunal pénal et une par un «tribunal révolutionnaire».

«C’est ce que fait la République islamique d’Iran à une mère. Son nom est Behieh Namjou, “Masih Alinejad, une éminente dissidente et journaliste iranienne, a tweeté à ses plus de 200 000 adeptes.” Le régime a condamné son fils Navid Afkari à mort pour avoir simplement protesté [sic]. Ses autres fils sont injustement emprisonnés. Elle est passée d’une mère joyeuse et heureuse à une mère triste et sombre. “

Le frère d’Afkari, Vahid, a été condamné à 54 ans et six mois de prison et 74 coups de fouet. Un troisième frère, Habib, a été condamné à une peine de prison de 27 ans et trois mois et 74 coups de fouet.

Dans une vidéo revue par Fox News, la mère des frères a dénoncé le simulacre de procès contre ses fils.

«Je demande désespérément de l’aide à quiconque peut entendre ma voix», dit-elle.

L’Agence de presse des militants des droits de l’homme (HRANA) a publié une image d’une lettre de Navid Afkari dans laquelle il a déclaré que les autorités iraniennes l’avaient torturé pour le forcer à avouer les accusations fabriquées contre lui. Sa tête était couverte d’un sac en plastique et de l’alcool a été versé dans ses narines dans le cadre de la torture, a-t-il dit.

Navid Afkari, qui travaille également comme plâtrier, a remporté plusieurs médailles de lutte dans des tournois iraniens. La lutte est un sport très apprécié en Iran, et les athlètes iraniens se sont distingués dans les compétitions internationales de freestyle et gréco-romaines.