Tchad: 44 membres de Boko Haram retrouvés morts dans une prison de N’Djamena

Tchad: 44 membres de Boko Haram retrouvés morts dans une prison de N’Djamena

Le samedi 18 avril, 44 membres présumés de Boko Haram ont été retrouvés morts dans une prison de N’Djamena, la capitale du Tchad.

Selon le gouvernement tchadien, des autopsies menées sur les derniers terroristes présumés ont révélé qu’ils avaient ingéré une substance qui causait des complications cardiaques et respiratoires.

Le procureur en chef du Tchad, Yousssouf Tom, qui a confirmé la mort à la télévision nationale, a déclaré que les suspects avaient été arrêtés lors d’une récente opération contre Boko Haram menée près du lac Tchad.

Dit Tom;

«Suite aux combats autour du lac Tchad, 58 membres de Boko Haram ont été faits prisonniers et envoyés à Ndjamena aux fins de l’enquête. «Jeudi matin, leurs geôliers nous ont dit que 44 prisonniers avaient été retrouvés morts dans leur cellule. «Nous avons enterré 40 corps et envoyé quatre corps au médecin légiste pour autopsie.»

Une source de sécurité s’exprimant sous couvert d’anonymat a contré la déclaration du gouvernement tchadien, les accusant de mourir de faim. “Les 58 prisonniers ont été placés dans une seule cellule et n’ont rien mangé ni bu pendant deux jours”, a indiqué la source à l’AFP.

Mahamat Nour Ahmed Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne de protection des droits de l’homme (CTDDH) a porté des accusations similaires.

Il a dit;

Les responsables de la prison ont enfermé les détenus dans une petite cellule et leur ont refusé de la nourriture et de l’eau pendant trois jours parce qu’ils étaient accusés d’appartenir à Boko Haram. C’est horrible ce qui s’est passé.

Le gouvernement tchadien a cependant démenti cette allégation. Le ministre tchadien de la Justice, Djimet Arabi, a déclaré:

Il n’y a eu aucun mauvais traitement. Des substances toxiques ont été trouvées dans leur estomac. S’agit-il d’un suicide collectif ou autre chose? Nous cherchons toujours des réponses et l’enquête est toujours en cours.

Rappelons que l’armée tchadienne a mené une offensive entre le 31 mars et le 8 avril près du lac Tchad, en réponse à une attaque à grande échelle contre une base militaire près du lac qui a fait 100 morts. Au moins 52 soldats et 1 000 djihadistes ont été tués lors de la contre-opération.