Trudeau rejette l’invitation de la Maison Blanche par crainte du coronavirus

Trudeau rejette l’invitation de la Maison Blanche par crainte du coronavirus

Le Premier ministre Justin Trudeau a rejeté une invitation de la Maison Blanche à célébrer le nouvel accord de libre-échange régional à Washington avec le président américain Donald Trump et le président mexicain Andrés Manuel López Obrador.

Trump et López Obrador doivent se rencontrer mercredi à Washington, mais la porte-parole de Trudeau, Chantal Gagnon, a déclaré lundi que même si le Canada souhaite bonne chance aux États-Unis et au Mexique, Trudeau ne sera pas là.

«Bien qu’il y ait eu récemment des discussions sur la participation éventuelle du Canada, le Premier ministre sera à Ottawa cette semaine pour des réunions du Cabinet prévues et la séance du Parlement prévue depuis longtemps», a déclaré Gagnon.

Trudeau organise des réunions du Cabinet en ligne plutôt que des réunions en personne en raison de la pandémie de coronavirus.

Un haut fonctionnaire de l’administration américaine, s’exprimant sous couvert d’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à être cités par leur nom, a déclaré que Trudeau avait de multiples conflits liés à l’entrée en vigueur du Parlement et à la réglementation sur les coronavirus, qui obligent les Canadiens qui voyagent à l’étranger à être mis en quarantaine pendant 14 jours à leur retour. Le responsable a déclaré que Trudeau avait demandé à parler à Trump par téléphone.

Trudeau a ensuite parlé avec López Obrador par téléphone et lui a souhaité une bonne réunion avec Trump, a déclaré le bureau du Premier ministre.

Gagnon a déclaré que le nouveau traité qui est entré en vigueur le 1er juillet «est bon pour le Canada, les États-Unis et le Mexique. Cela contribuera à faire en sorte que l’Amérique du Nord sorte plus forte de la pandémie de COVID-19. “

Nelson Wiseman, professeur de sciences politiques à l’Université de Toronto, a déclaré que Trudeau a moins à perdre en évitant Trump maintenant que le nouveau traité est en vigueur.

«Les pertes de Trudeau dans l’opinion publique canadienne se font ressentir avec le très impopulaire Trump», a déclaré Wiseman. «Trudeau peut se permettre d’attendre la présidence de Trump maintenant à moins de quatre mois des élections américaines. Trudeau sera toujours au pouvoir après les élections, Trump beaucoup moins probable. »