Une munition « tombée » d’un avion tchadien a explosé sur la base de Kossei, où est implanté le PC de Barkhane

Une munition « tombée » d’un avion tchadien a explosé sur la base de Kossei, où est implanté le PC de Barkhane

La base aérienne « Sergent chef Adji Kossei » a été le théâtre d’un incident rare, le 16 avril. En effet, une roquette s’est détachée d’un avion de la force aérienne tchadienne alors qu’il était en phase de décollage [ou s’apprêtait à décoller?]. La munition a traversé un tarmac, avant de frapper une résidence privée du quartier Farcha Garan Goso, qui abrite les familles des militaires de la base. Un dernier bilan fait état de 5 tués, dont trois enfants.

Selon l’AFP, qui évoque un Sukhoï [donc, un Su-25 « Frogfoot »], l’explosion a eu à « quelques mètres du quartier général au Tchad de l’opération antijihadiste Barkhane. »

« L’avion était en phase de décollage lorsque l’obus s’est détaché, et est allé se loger dans une résidence privée dans la cité qui abrite les familles des militaires à côté de la base aérienne », a confirmé un officier sous le couvert de l’anonymat.

« Nous sommes en l’état dans une situation exceptionnelle et les appareils faisaient des simulations. Une fausse manipulation a largué l’engin qui est venu atterrir dans cette maison », a témoigné un autre autre officier tchadien auprès de l’APA

La résidence qui été détruite était celle du général Mahamat Saleh Arim, directeur Général Adjoint des Services de Sécurité des Institutions de l’Etat [DGSSIE] et proche du président tchadien, Idriss Déby Itno.

Suite à l’explosion de cette roquette, des militaires de la force Barkhane ont appuyé les services de sécurité tchadiens et porté assistance aux victimes.

« Des engins de levage, d’excavation et de transport sanitaire, ainsi que plusieurs dizaines de personnels de la force Barkhane, dont des sapeurs pompiers et du personnel médical, ont été mobilisés pour un déblaiement rapide de la zone touchée. Trois blessés ont été pris en charge en urgence à l’hôpital de la base militaire française », a précisé l’ambassade de France au Tchad.

Des images de l’incident, provenant d’une caméra de surveillance, ont été diffusées sur les réseaux sociaux. On devine – la résolution étant médiocre – que la roquette est passée entre un avion et ce qui semble être des citernes.

Quoi qu’il en soit, « une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de cet incident » a précisé Youssouf Tom, le procureur de la République près le tribunal de grande instance de N’Djamena,

Cet incident fait penser à celui qui s’était produit à bord du porte-avions américains USS Forrestal, en juillet 1967, dans le golfe du Tokin. Une roquette Zuni était partie d’un F-4 Phantom II, suite à une surtension ayant provoqué un tir accidentel. Le bilan avait été de 134 morts parmi l’équipage.