Des dizaines de navires chargés de Gaz font la queue au large des côtes européennes incapables de décharger

Des dizaines de navires transportant du gaz naturel liquéfié (GNL) circulant au large des côtes espagnoles, incapables de sécuriser des créneaux de déchargement, ont incité les gestionnaires de réseau du pays à avertir qu’ils pourraient devoir suspendre le chargement pour faire face à cette “situation exceptionnelle”.

L’Europe est confrontée à une pénurie d’énergie alors que la Russie a progressivement réduit les flux de gaz après que l’Occident a imposé des sanctions en réponse à l’invasion russe de l’Ukraine fin février.

La région a dû trouver des approvisionnements alternatifs, y compris du GNL, mais l’arrivée de multiples cargaisons de carburant surréfrigéré a révélé le manque de capacité de «regazéification» de l’Europe, car les usines qui reconvertissent le carburant maritime en gaz fonctionnent à leur limite maximale.

Si l’arriéré n’est pas rapidement éliminé, ces navires pourraient commencer à chercher d’autres ports en dehors de l’Europe pour décharger leur cargaison.

Plus de 35 navires chargés de GNL dérivent au large de l’Espagne et autour de la Méditerranée, avec au moins huit navires ancrés au large de la seule baie de Cadix, ont déclaré lundi 17 octobre des négociants, des analystes et des sources des terminaux GNL connaissant la situation.

L’Espagne n’offre cette semaine que six créneaux horaires dans ses terminaux de regazéification pour les cargaisons, a déclaré une source de l’industrie, soit moins d’un cinquième du nombre de navires faisant la queue au large de ses côtes. Le pays compte six terminaux au total.

Dans un communiqué publié lundi soir et intitulé “déclaration de situation opérationnelle exceptionnelle”, le gestionnaire du réseau national de gaz espagnol Enagas a déclaré qu’il pourrait devoir refuser des déchargements de GNL en raison de la surcapacité de ses terminaux.

Il a ajouté que les niveaux d’occupation élevés dans les usines de regazéification du pays devraient se maintenir au moins jusqu’à la première semaine de novembre.

Il y a aussi des méthaniers au mouillage près d’autres pays européens, ce qui pourrait signifier que des dizaines d’autres attendent, a déclaré une source au courant de la situation.

“Les niveaux de stockage flottants dans le transport de GNL sont à des niveaux jamais atteints avec un peu plus de 2,5 millions de tonnes immobilisées dans des stockages flottants”, a déclaré Oystein Kalleklev, directeur général de l’armateur FLEX LNG Management.

La pénurie d’usines de regazéification ou de pipelines reliant les pays qui disposent de ces installations à d’autres marchés européens signifie que le GNL flottant au large ne peut pas être utilisé.

Source : https://www.euractiv.com/section/energy/news/dozens-of-lng-laden-ships-queue-off-europes-coasts-unable-to-unload/