En colère contre une mère, une infirmière perce les yeux de son nouveau-né

Folasade Adesina, membre du personnel infirmier dans un hôpital universitaire Uan Nigeria, est actuellement en détention après avoir été accusée d’avoir percé les yeux d’un nouveau-né né dans l’hôpital où elle travaille.

La mère du bébé, Asma’u Ahmad Tijjani, dans une interview avec DailyTrust, a déclaré qu’Adesina avait infligé les blessures à son nouveau-né suite à une allégation de report. Selon Asma’u, Adesina a utilisé une aiguille d’injection pour percer l’œil de son bébé quelques minutes après sa naissance afin de venger un report qu’elle a eu au Centre d’études, où Tijjani a travaillé en tant que personnel non universitaire.

Elle se souvient qu’une semaine avant la date prévue de l’accouchement, l’infirmière l’a rencontrée dans son bureau et lui a dit qu’elle voulait avoir une discussion privée avec elle.

« Dès que nous sommes sortis de mon bureau, elle a commencé à poser quelques questions. Elle voulait savoir quand j’irais à l’hôpital et ma date d’accouchement prévue, ainsi que mes noms en toutes lettres.

Cela m’a vraiment surpris parce que c’était la première fois que j’avais une discussion en tête-à-tête avec elle, alors j’ai refusé de lui révéler toutes ces informations.

Elle m’a alors dit qu’elle était en possession de mon dossier médical et qu’elle savait tout de moi et qu’elle ne voulait que m’aider.

Lorsque ma grossesse était prévue pour l’accouchement et que j’ai été emmenée en salle d’accouchement, précisément le 15 juin, la même femme est venue se tenir près de mon lit, parlant la langue yoruba à l’infirmière qui s’occupait de moi. Cela m’a mis très mal à l’aise parce que je ne connaissais pas sa mission. Je me suis donc plaint à mon infirmière, qui l’a suppliée de quitter les lieux.

Immédiatement après mon accouchement, mon infirmière a commencé à me prêcher d’essayer de toujours être gentille avec les gens avec qui je traite, en particulier sur mon lieu de travail. Elle a dit que l’infirmière dont je me suis plaint lui a dit que je lui avais donné un mauvais report.

J’ai été choqué d’entendre cela parce que je ne fais pas partie du personnel enseignant de l’université et que je n’ai rien à faire avec les scripts des étudiants. Alors comment pourrais-je lui donner un mavais report ?

Quand mon mari est venu, la même femme est venue chercher mon bébé en disant qu’elle la lui emmenait. J’ai demandé à l’un des médecins présents à l’époque de la suivre, mais elle a refusé.

Après quelques minutes, elle a ramené le bébé, et quand je l’ai reçue, j’ai remarqué du sang qui sortait de ses yeux, alors j’ai commencé à pleurer et à crier ; et avant que vous ne le sachiez, la salle de travail était remplie de personnel hospitalier.

Quand ils ont réalisé ce qui s’était passé, ils se sont tous précipités pour chercher cette infirmière, mais elle était introuvable et son téléphone était éteint.

Le bébé a été emmené à la section oculaire de l’hôpital pour examen, où il a été confirmé que ses deux yeux étaient piqués, mais l’objet n’a pas pénétré les deux lentilles.

L’infirmière, cependant, est venue le lendemain matin avec un panier de nourriture cuite, que j’ai rejeté, au motif de ce qu’elle a fait à mon bébé.

Mes proches qui étaient avec moi à l’époque ont commencé à la battre avant qu’elle ne soit secourue par ses collègues”, a-t-elle déclaré.

Dans un communiqué publié, la direction de l’hôpital a reconnu avoir reçu la plainte et a déclaré qu’une enquête avait depuis commencé. La déclaration, qui a été signée par Mansur Wadata, le principal responsable de l’information de l’hôpital, se lit comme suit

« L’hôpital a reçu une lettre de plainte de la mère d’un nouveau-né accouché à l’hôpital, alléguant qu’un infirmier avait causé des blessures aux yeux de son bébé.

La direction de l’hôpital enquête sur le cas, en vue d’authentifier la réclamation.

Nous assurons le grand public que des mesures disciplinaires appropriées seront prises contre quiconque sera jugé défaillant, conformément aux règles de la fonction publique et aux conditions de service de l’hôpital.

L’hôpital est toujours prêt à travailler avec les autorités compétentes pour mener une enquête afin de s’assurer que les personnes impliquées sont soumises à la pleine colère de la loi.

Le grand public est par la présente rassuré que l’hôpital ne déraillera pas de ses valeurs fondamentales d’excellente performance – transparence, professionnalisme, respect des droits de ses clients et discipline.

Alors que l’hôpital désapprouve tout acte d’indiscipline de la part de l’un de ses employés, il assure également le grand public de son engagement à assurer une discipline stricte contre les conduites contraires à l’éthique et non professionnelles.

À cette fin, la direction de l’hôpital appelle au calme de ses clients (patients) et du grand public car elle continuera d’assurer la sécurité des patients et de leurs proches.

Confirmant l’incident, le porte-parole du commandement de la police de l’État de Sokoto, l’ASP Sanusi Abubakar, a déclaré que le suspect était détenu alors qu’une enquête était en cours.