La Russie vas tester son missile invincible appelé “ Satan 2 ” Près de l’Alaska aux USA

La Russie vas tester son missile invincible appelé “ Satan 2 ” Près de l’Alaska aux USA

La Russie doit effectuer trois tests de son nouveau missile balistique intercontinental hypersonique mortel «Satan-2» cette année, a-t-on annoncé aujourd’hui.

L’arme de 208 tonnes, officiellement appelée RS-28 Sarmat, est la plus grosse bête de l’arsenal nucléaire modernisé de Vladimir Poutine et devrait entrer en service en 2022. “ Trois lancements de l’ICBM Sarmat seront effectués dans le cadre des tests de développement en vol en 2021 ”, a déclaré une source de la défense à l’agence de presse officielle TASS.

Les lancements devraient provenir d’un silo souterrain du centre spatial de Plesetsk dans le nord-ouest de la Russie et toucher des cibles au Kamtchatka, sur la côte pacifique du pays. Il est à noter que cette péninsule est à quelques centaines de kilomètres de l’Alaska

Un test est susceptible d’être à une portée maximale de 11 200 miles. Le premier des trois lancements de tests est attendu au troisième trimestre de cette année, selon une autre source TASS.

Des images précédentes de l’arme hypersonique invincible '', connue en Occident sous le nom de Satan-2 ”, lors d’un test de chute, la montre émergeant de son silo – s’arrêtant comme si elle planait au-dessus du sol, puis accélérant vers sa cible dans un nuage de fumée blanche.

Moscou se vante que la nouvelle arme puisse échapper au bouclier de défense des États-Unis et est capable de détruire une zone de la taille de l’Angleterre et du Pays de Galles – ou du Texas. Cela survient au milieu de la plus forte tension depuis la guerre froide entre Moscou et l’Occident au sujet de l’Ukraine, de l’interférence électorale présumée et des cyberattaques.

L’année prochaine, le Sarmat lancera des procès d’État avant d’entrer en service fin 2022. «Le ministère de la Défense achète déjà des missiles produits en série», a-t-il dit à TASS.

La Russie a précédemment déclaré qu’elle prévoyait de mener les tests en vol, qui auront lieu cette année, après que les tests d’éjection de missiles, ou tests de chute, aient eu des résultats positifs. Sarmat remplace les missiles Voevoda R-36M2, considérés comme les plus puissants au monde et opérationnels depuis les années 1970.

La charge utile du missile new age est de près de dix tonnes. “Les moteurs Sarmat propulsent rapidement le missile vers la zone de sécurité et le rendent invulnérable pour la défense antimissile jusqu’à ce qu’il atteigne la trajectoire de vol principale”, a déclaré un rapport TASS.

Il peut voler par «route imprévisible» en contournant les systèmes de défense antimissile, disent ses concepteurs. Il est également capable de survoler les pôles Nord et Sud et «s’approcher des cibles depuis des directions qui ne sont pas envisagées pour l’interception». La production en série de Sarmat commence à Krasmash, une filiale de construction de machines de l’Agence spatiale russe dans la ville sibérienne de Krasnoïarsk.

Le RS-28 Sarmat sera capable de libérer dix grandes ogives thermonucléaires ou 16 plus petites, ou une combinaison des deux, pour submerger les défenses antimissiles ennemies, selon le ministère russe de la Défense. On disait auparavant que le missile stratégique pouvait parcourir environ 6200 miles et avait la capacité d’anéantir des zones de la taille du Texas ou de la France.

Poutine avait précédemment confirmé en décembre que le système balistique intercontinental Sarmat était en voie d’achèvement. “Les travaux sur le Sarmat se poursuivent activement et en sont maintenant à l’état final”, a-t-il déclaré à l’agence de presse TASS à l’époque.

Alors que le commandant des Forces de missiles stratégiques de la Russie, Sergey Karakayev, a déclaré en décembre que le Sarmat entrerait en service de combat d’ici 2022. Le missile Sarmat est capable de transporter jusqu’à 24 des nouveaux véhicules de glisse hypersonique Avangard de la Russie, conçus pour s’asseoir au sommet d’un missile balistique intercontinental.

Pendant ce temps, des bombardiers à réaction, des hélicoptères et des avions de combat russes ont été vus en train de survoler la capitale de la Russie mercredi lors des répétitions du défilé militaire du jour de la victoire. L’événement annuel marque l’anniversaire de la victoire de la Russie sur l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale et devrait avoir lieu sur la Place Rouge de Moscou le 9 mai malgré la pandémie de coronavirus en cours.