La Russie veut savoir ce que font les sous-marins américains

La Russie veut savoir ce que font les sous-marins américains

Le Connecticut et le tout nouveau sous-marin de classe Virginia New Hampshire ont navigué au nord de Prudhoe Bay, en Alaska, pour l’un des rares exercices «ICEX» de la Marine, commencé après que le sous-marin USS Nautilus, en 1958, soit devenu le premier bateau sous-marin à atteindre le Nord Pôle.

Le Connecticut “a travaillé avec le laboratoire de sous-marins arctiques de la marine américaine et le laboratoire de physique appliquée de l’Université de Washington pour tester de nouveaux équipements et s’entraîner aux opérations sous la glace dans un environnement arctique”, a annoncé la marine.

Le nouvel équipement comprenait “un sonar haute fréquence pour des opérations arctiques sûres et le système de communication acoustique Raytheon Deep Siren”, a ajouté la branche voile.

Nous savons que Seawolf a passé près de trois ans en cale sèche à partir de septembre 2009. Les entrepreneurs ont réalisé des travaux de 280 millions de dollars. Et lorsque Seawolf est retourné dans les eaux froides du Pacifique en avril 2012, elle était « encore plus capable et efficace qu’à tout autre moment au cours de ses 15 années de service », selon le Cdr. Dan Packer, son skipper à l’époque.

Apparemment, en août 2013, le sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire de la marine américaine USS Seawolf a quitté le port de Bremerton, dans l’État de Washington, pour ce qui était probablement son cinquième ou sixième déploiement depuis sa mise en service en 1997.

Un mois plus tard, la sixième flotte américaine, en charge des navires dans les eaux européennes, a publié sur le site Web Flickr une série de photos représentant l’ambassadeur américain en Norvège, Barry White, visitant le quai Seawolf de 350 pieds de long à la base navale de Haakonsvern… en le sud de la Norvège. À des milliers de kilomètres de l’État de Washington.

Comment Seawolf est arrivé en Norvège – et ce qu’elle a pu faire en route – offre un aperçu rare et alléchant de certains des quartiers les plus secrets des aspects les plus mal compris de la puissance navale américaine.

Car il semble que Seawolf ait voyagé jusqu’en Norvège le long d’un chemin rarement emprunté par aucun navire — sous la glace de l’Arctique.

Service silencieux :

La Marine n’aime pas parler de ses sous-marins. Après tout, le plus gros avantage d’un sous-marin est sa furtivité. Et parmi les quelque 70 bateaux sous-marins de la branche voile, Seawolf et ses deux navires frères Connecticut et Jimmy Carter sont parmi les plus secrets.

Recherchez sur Google les noms de l’un des sous-marins de la classe Los Angeles de la Marine, les plus nombreux de la flotte, et vous obtiendrez des résultats : déclarations de la Marine et communiqués de photos, l’article de presse occasionnel. Mais essayez de rechercher des navires de classe Seawolf et vous n’obtiendrez presque rien.

Son site officiel est bloqué. La dernière fois que l’extérieur de Seawolf est apparu sur une photo de la Marine, c’était en 2009.

C’est parce que Seawolf et ses sœurs sont spéciales. Plus récents, plus gros, plus rapides et plus lourdement armés que les sous-marins d’attaque standard, les Seawolf de près de 3 milliards de dollars par copie ont été équipés de centaines de millions de dollars d’équipements uniques et sont affectés à leur propre escadron spécial dans l’État de Washington.

Ils se déploient pendant des mois d’affilée, souvent sans préavis public. L’épouse d’un marin de Seawolf a décrit le bateau comme « imprévisible ».

Un battement de tambour régulier de citations de la Marine est un témoignage muet des missions de combat secrètes exécutées avec un succès apparent. En 2007, l’équipage de 140 hommes de Seawolf a obtenu une mention élogieuse d’unité méritoire – à peu près équivalente à une étoile de bronze obtenue au combat – et en 2009 a suivi avec une mention élogieuse d’unité de la marine, égale à une étoile d’argent.

Nous savons ce que fait la force sous-marine dans son ensemble : recueillir des renseignements, lancer des missiles de croisière sur des terroristes et des États voyous, envoyer des commandos à terre pour des reconnaissances et des raids. Mais nous ne savons pas laquelle de ces missions attribuer à Seawolf.

Nous ne pouvons pas non plus dire avec certitude où Seawolf exerce son métier de l’ombre. Elle est normalement affectée à la flotte du Pacifique, mais même cela peut changer à la rigueur.

Pièces de puzzle:

Voici ce que nous savons. En mars 2011, le navire jumeau de Seawolf, le Connecticut, a été sélectionné pour le rare honneur d’opérer sous la glace arctique pour des tests.

Le Connecticut et le tout nouveau sous-marin de classe Virginia New Hampshire ont navigué au nord de Prudhoe Bay, en Alaska, pour l’un des rares exercices «ICEX» de la Marine, commencé après que le sous-marin USS Nautilus, en 1958, soit devenu le premier bateau sous-marin à atteindre le Nord Pôle.

Le Connecticut “a travaillé avec le laboratoire de sous-marins arctiques de la marine américaine et le laboratoire de physique appliquée de l’Université de Washington pour tester de nouveaux équipements et s’entraîner aux opérations sous la glace dans un environnement arctique”, a annoncé la marine.

Le nouvel équipement comprenait “un sonar haute fréquence pour des opérations arctiques sûres et le système de communication acoustique Raytheon Deep Siren”, a ajouté la branche voile.

Nous savons que Seawolf a passé près de trois ans en cale sèche à partir de septembre 2009. Les entrepreneurs ont réalisé des travaux de 280 millions de dollars. Et lorsque Seawolf est retourné dans les eaux froides du Pacifique en avril 2012, elle était « encore plus capable et efficace qu’à tout autre moment au cours de ses 15 années de service », selon le Cdr. Dan Packer, son skipper à l’époque.

Il est possible que Seawolf ait reçu le même équipement sous-glace que le Connecticut a testé en 2011. L’Arctique est, après tout, un nouveau domaine de préoccupation pour la Marine. Avec la fonte des glaces, de nouvelles voies de navigation s’ouvrent et les marines étrangères deviennent plus actives.

« Nous avons des intérêts très fondamentaux — des intérêts de sécurité — dans la région arctique», a déclaré l’amiral Gary Roughead, alors officier supérieur de la Marine, en 2009.

Réception froide :

Quoi qu’il en soit, il est évident que Seawolf a traversé le toit du monde pour son déploiement actuel. En pratique, il n’y a aucune autre façon que le navire aurait pu arriver en Norvège quelques semaines seulement après avoir quitté son port d’attache dans l’État de Washington.

Alors que faisait Seawolf sous la glace ? Très probablement simplement en train de s’entraîner… pour combattre sous la glace. Pour un équipage de sous-marin, aller dans l’Arctique “nous donne l’opportunité de tester nos systèmes de combat, nos systèmes de navigation, nos systèmes de communication et ce que c’est que d’opérer dans cet environnement très difficile”, a déclaré Roughead il y a quatre ans.

Et il y a de bonnes raisons, outre une tradition de secret, de le faire discrètement. Considérez la réaction de Moscou à l’ICEX 2009. “Toute action de sous-marins étrangers à proximité des frontières maritimes de la Russie exige naturellement une surveillance accrue de notre part”, a averti un porte-parole du Kremlin.

Les Russes veulent aussi savoir ce que font les sous-marins américains.

Dan la même rubrique