Le seul porte-avions russe Admiral Kuznetsov achèvera ses réparations en septembre 2022

Le seul porte-avions russe, qui est techniquement un croiseur d’avions lourds, n’est pas opérationnel. L’amiral Flota Sovetskogo Soyuza Kuznetsov est officiellement le vaisseau amiral de la marine russe. Mais il ne porte plus le drapeau russe depuis 2018, date à laquelle le navire de guerre a été mis hors service pour un carénage.

L’amiral Kuznetsov résidait plutôt à la 35e usine de réparation navale à Mourmansk, et il devait initialement reprendre ses fonctions d’ici 2020. Selon des informations récentes, l’amiral Kuznetsov pourrait enfin retourner en eaux libres pour commencer des essais en mer en septembre.

Une série d’événements malheureux

En novembre 2018, l’amiral Kuznetsov a été endommagé lorsqu’une grue flottante de 70 tonnes est tombée sur le pont d’envol du navire de guerre, tuant un travailleur et en blessant quatre autres. Un peu plus d’un an plus tard, un incendie se déclare dans la salle des machines lors d’un accident de soudure. Deux personnes sont mortes, tandis que 14 ont été blessées par le feu et l’inhalation de fumée.

La cale sèche proprement dite, qui était vitale pour les réparations, a également été endommagée lors d’une panne de courant, ce qui a encore retardé le radoub. En plus de cette série d’accidents malheureux, la corruption a contribué à l’absence de progrès sur le carénage du transporteur.

En mars 2021, Yevgeny Zudin, directeur général du chantier naval n ° 10 à Polyarny, a été arrêté, soupçonné du vol de 45 millions de roubles (environ 600 000 dollars) qui avaient été alloués à la réparation du navire de guerre de la flotte du Nord de la marine russe.

Malgré tout le drame, le Kremlin est attaché au porte-avions. Plus tôt ce mois-ci, Moscou a annoncé que l’amiral Kuznetsov avait été transféré dans une cale sèche du chantier naval de Sevmorput, dans la région de Mourmansk, au nord-ouest du pays.

Selon un rapport de Tass, les réparations devraient durer jusqu’en septembre.

“La tâche est maintenant de le mettre à flot jusqu’à ce que la glace se forme, sinon tout sera retardé jusqu’en 2023”, a déclaré une source de l’industrie de la défense à Tass. La source a ajouté que la société russe United Shipbuilding Corporation n’a pas confirmé le calendrier.

Cependant, lundi, The Barents Observer, basé en Norvège, a rapporté que du pétrole fuit dans le nouveau quai construit pour réparer le transporteur infortuné. L’origine de l’huile n’a pas été identifiée, mais elle pourrait provenir de fuites plus anciennes dans le sol où l’installation a été implantée.

Deux quais terrestres plus petits y ont fonctionné auparavant, et ces installations ont réparé des sous-marins et des navires de guerre de surface. La nouvelle cale sèche avait besoin d’un seul bassin suffisamment grand pour accueillir le croiseur de l’avion. D’après les publications sur les réseaux sociaux – comme le rapporte TheDrive – la construction de la cale sèche a été une véritable épreuve, et ce n’est que maintenant qu’elle est enfin en mesure d’accueillir le navire de guerre.

Que tous ces efforts valent le temps et l’argent restent la plus grande question.

Les mises à niveau des armes, de l’électronique et de l’équipement de soutien des avions du navire ne devraient prolonger le service du navire de guerre de l’ère soviétique que d’environ cinq ans.

Histoire du porte-avions

Il a été construit par le chantier naval de la mer Noire, le seul fabricant de porte-avions soviétiques, à Nikolaïev au sein de la République socialiste soviétique d’Ukraine (RSS) et lancé en 1985, devenant pleinement opérationnel dans la marine russe en 1995.

Conçus à l’origine pour la marine soviétique, les navires de la classe Kuznetsov utilisent un saut à ski pour lancer des avions conventionnels hautes performances dans une configuration STOBAR. La conception représentait une avancée majeure dans l’aviation de la flotte soviétique par rapport aux porte-avions de classe Kiev, qui ne pouvaient lancer que des avions VSTOL.

Le navire peut transporter jusqu’à 18 avions de chasse bimoteurs Su-33, 6 avions de chasse multirôle tout temps MiG-29K, quatre avions navals Ka-31 et deux hélicoptères navals Ka-27. Le poste de pilotage est équipé de fils parafoudres. Deux ascenseurs tribord transportent l’avion du hangar au poste de pilotage. Le navire a un équipage de 1 690 marins et un groupe aérien comprenant 626 personnes.

Le Kutnesov est alimenté par huit chaudières turbo-pressurisées et quatre turbines à vapeur, chacune produisant 50 000 ch, neuf turbogénérateurs de 2 011 ch (1 500 kW), six générateurs diesel de 2 011 ch (1 500 kW) entraînant quatre arbres avec des hélices à pas fixe.

Elle peut atteindre une vitesse de pointe de 29 nœuds (54 km/h) avec une autonomie maximale de 15 700 km à 18 nœuds (33 km/h). Le porte-avions russe a une autonomie de 45 jours.