Un homme poursuit l’état d’alabama sur le droit de posséder des “esclaves noirs”

Un homme de l’Alabama poursuit l’Etat d’Alabama sur un document de 153 ans qu’il prétend avoir le droit de posséder plusieurs personnes noires et leurs descendants.

Hank Wyatt, 53 ans, poursuit l’Etat d’Alabama en prétendant que la volonté de son arrière-arrière-grand-père, William Hugh Patton, a été illégalement annulée par les juges de l’état actuel.

Hank Wyatt est récemment entré en possession d’un document datant de 1865 qui appartenait auparavant à son arrière-arrière-grand-père, William Hugh Patton, qui prétend avoir acheté légalement quatre prisonniers «noirs» de l’État d’Alabama.

Le document de 153 ans signé par le gouverneur de l’Alabama à l’époque, Thomas H. Watts, déclare hardiment que William Hugh Patton est propriétaire des prisonniers susmentionnés ainsi que de tous leurs descendants.

“Je ne dis pas que je veux que les descendants de ces gens soient mes esclaves. Je veux juste une compensation financière, car légalement, je les possède “, a déclaré Hank Wyatt aux journalistes.

L’avocat de Hank Wyatt, Robert Lindsay, affirme que son client a droit à une compensation financière puisque l’authenticité du document a été prouvée et est conforme aux lois fédérales en vigueur.

«Les demandes de mon client sont clairement conformes aux lois fédérales en vigueur et l’État d’Alabama a l’obligation d’indemniser mon client pour avoir refusé d’honorer ce contrat», a expliqué l’avocat Robert Lindsay. Les Treize amendements à la Constitution des États-Unis ont déclaré l’esclavage et la servitude involontaire illégaux en 1865, sauf en tant que punition pour la criminalité.

Cette lacune, selon les historiens modernes, était utilisée pour contrôler, réprimer et décimer les communautés de couleur, à travers des arrestations massives et des emprisonnements après la guerre civile où le travail libre des hommes noirs était utilisé pour reconstruire un Sud ravagé.