5 raisons aucune armée ne peut battre l’armée israélienne

5 raisons aucune armée ne peut battre l’armée israélienne

La Haganah a coopéré avec les autorités britanniques mais est devenue hostile en 1944 lorsque l’Axe a frôlé la défaite et que la nécessité d’un État juif est devenue de plus en plus évidente. En 1947, la Haganah a été réorganisée en unités de l’armée régulière et rebaptisée armée israélienne deux semaines après la fondation de l’État d’Israël.

Depuis lors, l’armée israélienne a connu des combats chaque décennie depuis sa fondation. Il a mené de nombreuses guerres pour la défense d’Israël et s’est lancé dans de nombreuses expéditions punitives dans le Sinaï, le Liban, Gaza et la Cisjordanie.

En 1947, la faible population d’Israël mais un niveau d’éducation élevé signifiaient que ses citoyens pouvaient former et organiser une armée nationale assez rapidement. Les limitations de la main-d’œuvre signifiaient également que l’armée israélienne avait tendance à se tourner vers des forces à haute puissance de feu technologiquement avancées et à devenir plus compétentes que ses voisins. Cela dit, voici cinq armes de guerre de l’armée israélienne avec lesquelles personne ne voudrait certainement s’embrouiller dans un combat :

Char de combat principal Merkava

Conçu par le général Israelien Tal, chef des forces blindées, le Merkava est le premier et le seul char de combat principal indigène d’Israël. Le char a été spécialement conçu pour la doctrine des chars israéliens : au ras du sol, avec un canon puissant, le Merkava avait même le moteur placé à l’avant du char pour protéger l’équipage. Combiné à un blindage composite fortement incliné, le Merkava a fait un excellent char défensif, bien adapté à la défense contre les formations blindées égyptiennes sur le Sinaï ou les forces syriennes sur les hauteurs du Golan.

Les premières versions du Merkava avaient le même canon principal de 105 millimètres de conception britannique que les versions initiales du M1 Abrams américain. Les versions plus récentes sont armées d’un canon à âme lisse de 120 millimètres produit localement. Le canon principal du Merkava est précis à au moins 2 000 mètres avec des obus antichars hautement explosifs (HEAT) et Armored Piercing (AP). Les obus classiques sont complétés par le missile LAHAT ; Capable d’être tiré depuis le canon du Merkava, le LAHAT à guidage laser peut engager des cibles jusqu’à 9 000 mètres.

Les chars Merkava ont été parmi les premiers véhicules blindés à être équipés de systèmes de protection active contre les missiles guidés. Israël a construit un peu plus de 2 000 Merkavas dans toutes les versions, avec 660 des derniers Mark IV construits.

Système le Spike Missile  :

Le Spike Missile est le système de missile guidé antichar à conception unique d’Israël. Le système Spike SR (Short Range) est un système de missile jetable à un coup comme l’ancienne LOI américaine. Spike a un chercheur thermique, une ogive à charge creuse en tandem (pour vaincre l’armure réactive) et une portée de 800 mètres.

Spike est monté sur tout, des véhicules terrestres aux hélicoptères Seraph (Apache), aux navires de guerre et aux drones. Il peut être utilisé contre des chars et des véhicules blindés, des navires, des avions et même des cibles terroristes individuelles de grande valeur.

Les versions plus grandes du Spike sont essentiellement le même missile, à plus grande échelle. Le Spike MR, de classe similaire au Javelin américain, a une portée de 2 500 mètres. Le Spike LR, similaire au TOW-IIB américain, a une portée légèrement plus longue à 4 000 mètres. Enfin, le Spike ER présente des caractéristiques similaires au Hellfire américain. Une version sans visibilité directe de Spike, Spike NLOS, traîne un câble à fibre optique qui permet à l’opérateur de rechercher et de détruire des cibles jusqu’à une distance de 25 kilomètres.

Transport de troupes blindé Namer :

Contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre, la plupart des véhicules de combat d’infanterie ne sont pas lourdement blindés. Des véhicules tels que le M2 Bradley, le BMP-3 et le Warrior ne sont pas particulièrement blindés contre les obus de chars entrants et les missiles guidés antichars modernes, ce qui est étrange étant donné que les véhicules de combat d’infanterie devraient combattre aux côtés de chars beaucoup plus lourdement blindés.

Namer est cependant différent car il est en fait construit à partir de réservoirs plus anciens. Un véhicule de combat d’infanterie Namer est un ancien modèle de char Merkava Mk.1 avec la tourelle et le canon principal retirés, et une énorme quantité de blindage appliqué sur le glacis avant, les côtés et les jupes latérales. Un Namer pèse à peu près autant qu’un Merkava avant modifications, ce qui témoigne de la quantité d’armure qui a été ajoutée.

Environ 120 Merkavas ont été convertis en Namers, assez pour équiper environ trois bataillons. Namer a un équipage de trois personnes, dont un chauffeur, un opérateur de station d’armes à distance et un commandant. Il peut transporter neuf fantassins.

Fusil d’assaut Tavor

Le fusil indigène israélien de deuxième génération, le Tavor, est l’arme d’infanterie standard de l’armée israélienne. Un fusil à l’allure futuriste, le design bullpup du Tavor – dans lequel le chargeur est situé dans la crosse – en fait un design compact tout en conservant un canon de la longueur du fusil.

Le Tavor peut ressembler à un fusil du XXIe siècle, mais ses racines sont strictement celles du XXe siècle. Le fusil compact utilise une conception de boulon rotatif à gaz tout droit sorti de l’AK-47, qui à son tour a été inspiré du M-1 Garand. La conception bullpup permet au fusil d’être compact de 28 pouces de long tout en conservant un canon de 18 pouces de long.

Tavor est chambré en 5,56 millimètres et peut accepter les chargeurs standard de 30 cartouches de l’OTAN. Les versions plus petites et plus compactes ont des canons plus courts et sont chambrées dans le calibre de pistolet 9 mm Parabellum.

Système de lance-roquettes multiples « Smasher »

Israël a tendance à renommer les systèmes d’armes américains, et c’est un cas où le nouveau nom est beaucoup plus cool que l’ancien.

Le lance-roquettes « Smasher » est en fait le M270 MRLS américain. Pilier de la branche artillerie de l’armée américaine, le M270 a été développé dans les années 1970 dans le cadre du « Big 5 » des systèmes d’armes qui allaient transformer l’armée. Basé sur un châssis M2 Bradley modifié, le “Smasher” transporte douze fusées de 227 millimètres. Une batterie de trois véhicules peut envoyer 23 184 armes à sous-munitions vers le bas en une minute, en saturant une zone d’un kilomètre sur un kilomètre.

Israël a 48 systèmes « Smasher ». Actuellement, Israël est limité aux roquettes d’une portée de 40 kilomètres, mais de nouvelles roquettes d’une portée de 150 kilomètres sont en préparation. De telles roquettes donneront à l’artillerie israélienne, positionnée à Haïfa, la capacité de frapper Damas.

Dan la même rubrique