Comment je réponds à ceux qui me traitent de “traître à la race”

Comment je réponds à ceux qui me traitent de “traître à la race”

L’adolescente Jess Griesel n’a pas l’air du membre habituel, portant le béret rouge des Combattants pour la liberté économique (EFF) d’Afrique du Sud, le parti qui entend bouleverser le paysage politique du pays.

Il s’agit d’une étudiante de 19 ans, blanche et parlant afrikaans, qui a récemment été élue au conseil représentatif des étudiants (SRC) de l’université du Cap sous l’étiquette des EFF.

Mais en Afrique du Sud ou les tensions raciales sont courantes, sa position n’a pas été bien accueillie par certaines personnes. Lorsque Mlle Griesel a annoncé sa candidature au SRC en septembre, un utilisateur des réseaux sociaux l’a qualifiée de “traître à la race”.

Quelque 27 ans après la fin de la domination de la minorité blanche, lorsque Nelson Mandela a été élu président lors des premières élections démocratiques en Afrique du Sud, appelant le pays “la nation arc-en-ciel”, Mlle Griesel m’a confié que la réaction négative l’a choquée.

Nelson Mandela en campagne à Rustenburg, en Afrique du Sud, en janvier 1994
Légende image,Nelson Mandela a conduit le Congrès national africain (ANC) au gouvernement en 1994

“Être traité de traître à la race est quelque chose que j’ai trouvé très intéressant et très révélateur de l’Afrique du Sud d’aujourd’hui. Cela insinue qu’il y a toujours un club ‘nous’ et un club ‘eux’.”

Pour comprendre la réaction à laquelle elle a été confrontée – il faut comprendre comment l’EFF a secoué la politique en Afrique du Sud.

Formé en 2013, il est dirigé par le fougueux Julius Malema, qui s’est modelé sur le défunt président vénézuélien Hugo Chavez et défend sans complexe les intérêts des Sud-Africains noirs pauvres.

Le parti se décrit comme “un mouvement de gauche, radical, anti-impérialiste et d’émancipation économique, inspiré par la vaste école de pensée marxiste-léniniste”.

Les membres sont perturbateurs, au sens propre comme au sens figuré.

Ils sont souvent accusés d’être anti-blancs. C’est parce qu’ils ont demandé à plusieurs reprises que les Sud-Africains blancs rendent les terres prises aux Noirs.

Certains partisans de l’EFF chantent parfois le chant de l’époque de l’apartheid “Kill the Boer, kill the farmer”, une chanson très controversée qu’un tribunal a jugée comme un discours de haine et qui est considérée comme dirigée contre la communauté agricole blanche.

Les théâtres parlementaires

Ce qui est certain, c’est que les “Bérets rouges” sont mécontents du statu quo.

Il y a quelques années, des députés de l’EFF ont secoué de manière mémorable l’establishment par leurs pitreries au Parlement, qui est dominé par le Congrès national africain (ANC) – le mouvement de libération qui gouverne depuis la fin de l’apartheid.

“Remboursez l’argent”, ont-ils crié à l’unisson à plusieurs reprises, tout en frappant les bureaux devant eux avec leurs paumes.

L'EFF arrivant au parlement au Cap, en Afrique du Sud - février 2016
Légende image,Les députés de l’EFF se rendent au Parlement en uniforme de mineur ou de femme de chambre

Les députés masculins étaient vêtus de combinaisons de chantier rouges, tandis que leurs homologues féminins portaient des robes rouges et des tabliers blancs – l’uniforme caractéristique de l’EFF représentant les travailleurs.

La nation a assisté à ce spectacle à la télévision nationale, tandis que le président du Parlement tentait en vain de calmer la situation.

Ils exigeaient que le président de l’époque, Jacob Zuma, qui fait l’objet d’allégations de corruption depuis des années, rende l’argent des contribuables pour la rénovation de sa résidence privée.

L’ancien chef d’État a depuis rendu une partie de cet argent et nie tout méfait, mais il est emblématique des problèmes auxquels l’ANC a été confronté ces dernières années.

À l’approche des élections locales qui se tiendront lundi, le parti au pouvoir est confronté à un déficit de confiance, notamment à la suite des pannes d’électricité qui ont frappé le pays ces derniers mois et ces dernières années.

Ces pannes paralysent une économie qui a déjà été frappée par la pandémie de Covid-19.

En conséquence, le taux de chômage atteint désormais le chiffre record de 34,4 %.

Le principal parti d’opposition – l’Alliance démocratique (DA), qui a traditionnellement une base de soutien blanche – veut capitaliser sur les échecs de l’ANC.

Il a affirmé à plusieurs reprises qu’il dirigeait les municipalités les plus efficaces du pays.

Mais les preuves empiriques dépeignent une réalité différente : les zones dominées par des personnes qui ne sont pas blanches, comme les Cape Flats, Nyanga et Gugulethu, dans la province du Cap occidental dirigée par la DA, sont secouées par des taux de meurtre alarmants, le gangstérisme et le chômage.

Comme Mlle Griesel, l’EFF espère que les électeurs voudront provoquer un bouleversement.

Vous ne pouvez pas faire semblant d’être aveugle

Son succès lors du vote universitaire – elle a été l’une des 15 personnes élues au conseil – prouve à quel point elle est populaire parmi ses pairs.

“J’ai l’intention d’être les yeux, les oreilles et la voix des étudiants et de continuer à les représenter au mieux de mes capacités”, déclare l’adolescente, qui étudie la politique, la philosophie et l’économie.

Bien qu’elle soit née huit ans après la chute de l’apartheid, Mlle Griesel dit qu’elle a toujours été consciente de l’héritage de ses politiques racistes.

Un garçon jouant au football dans un township du Cap, en Afrique du Sud
Légende image,L’Afrique du Sud est l’économie la plus industrialisée d’Afrique, mais c’est aussi l’une des plus inégales du monde

“J’ai grandi dans une famille qui, dès mon plus jeune âge, m’a permis de remettre les choses en question. Quand vous vivez en Afrique du Sud, vous voyez les choses”, dit-elle.

“On ne peut pas faire semblant d’être aveugle aux inégalités et aux problèmes socio-économiques que présente l’Afrique du Sud”, poursuit-elle.

Elle fait référence au chômage et à la pauvreté dans les communautés noires.

Mais ce n’est pas le seul facteur qui a donné naissance à son activisme : “je suis allée dans un lycée où il y avait beaucoup de racisme et d’inégalités flagrantes.

“Donc, depuis lors, j’ai adopté l’idée que tous ceux qui ont eu un rôle historique dans la création des inégalités d’aujourd’hui, ont la responsabilité personnelle de s’approprier et d’essayer de participer au démantèlement du racisme et de l’oppression systémiques qui existent encore aujourd’hui en Afrique du Sud”, argumente-t-elle.Someone holding up an EFF sign that says: "Black Lives Matter!"GettyPeople see pro-black parties such as the EFF as anti-white parties, and that’s not the case”Jess Griesel
Cape Town University student

Mlle Griesel se demande pourquoi ceux qui l’ont trollée ne comprennent pas que sa race ne doit pas décider de sa façon d’agir.

“Les gens voient Black Lives Matter et ils pensent que cela signifie que les vies des Blancs ne comptent pas”, ajoute-t-elle.

“C’est la même insinuation que les gens voient les partis pro-noirs comme l’EFF comme des partis anti-blancs, et ce n’est pas le cas”, clarifie-t-elle.

En tant que personne blanche, Mlle Griesel reste toutefois une exception.

Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu de changement.

“Dans les espaces universitaires, il y a beaucoup plus d’étudiants blancs de l’EFF”, dit-elle.

Mais en réalité, le groupe auquel elle fait référence est assez restreint.

L’Afrique du Sud a encore un long chemin à parcourir avant de se débarrasser de sa politique identitaire.

Dan la même rubrique