Craignant les attaques chinoises par impulsion électromagnétique (EMP), le Japon veut se cacher sous terre pour se protéger

Le Japon a annoncé que les quartiers généraux de la Force d’autodéfense terrestre et de la Force d’autodéfense maritime seront déplacés sous terre dans quatre installations à Okinawa et dans la région de Kyushu d’ici l’exercice 2028.

Le ministère a également l’intention de mettre en place des contre-mesures contre les attaques par impulsions électromagnétiques dans cinq bases de la Force aérienne d’autodéfense japonaise d’ici la fin de l’exercice 2029.

Ces mesures visent principalement à renforcer les capacités de défense des installations de la Force d’autodéfense en vue de crises potentielles, comme à Taiwan.

Pendant ce temps, de nouveaux centres de commandement souterrains seront construits à la base de Naha de la Force d’autodéfense terrestre dans la préfecture d’Okinawa, la base de Yonaguni également dans la préfecture d’Okinawa, la base de Kengun dans la préfecture de Kumamoto et le bureau de défense régional de Maizuru de l’auto-défense maritime. Force de défense de la préfecture de Kyoto.

Ces installations sont des bases cruciales pour le déploiement et la direction des troupes et des navires. Il a été décidé qu’ils devaient continuer à fonctionner même en cas d’attaque ennemie. Étant donné que Naha et Yonaguni sont si proches de Taïwan, où la Chine augmente la pression militaire, elles ont reçu une attention particulière.

Le Japon craint que la Corée du Nord et la Chine ne travaillent sur des méthodes pour lancer une frappe par impulsion électromagnétique (EMP). Il s’agit de faire exploser une arme nucléaire dans l’atmosphère, ce qui produit une forte onde électromagnétique pouvant endommager tous les équipements électroniques.

Les avions de chasse ne pourront ni décoller ni atterrir si les ondes électromagnétiques anéantissent le radar de contrôle. Ainsi, le gouvernement a prévu des contre-mesures, telles que l’installation de filtres EMP pour protéger les systèmes électriques.

La base aérienne de Nyutabaru dans la préfecture de Miyazaki sera la première installation à utiliser ces contre-mesures. Les protections devraient également être fournies aux bases aériennes suivantes : la base aérienne de Naha à Okinawa, la base aérienne de Fuchu à Tokyo et la base aérienne de Chitose à Hokkaido.

La nouvelle stratégie de sécurité nationale, autorisée par le Cabinet le 16 décembre, déclare que les « principales installations de défense » seront modernisées dans le cadre des mesures visant à améliorer considérablement les capacités de défense du pays.

Le gouvernement a réservé environ 36,4 milliards de yens dans le budget préliminaire de l’exercice à venir pour couvrir les coûts de mesures telles que la construction de centres de commandement souterrains. Il a l’intention de mener des études de site et d’autres actions en temps voulu.

Le gouvernement envisage d’acheter des terres sur les îles de Yonaguni et Ishigaki pour construire des structures pouvant servir d’abris d’évacuation pour les habitants en cas d’urgence, de formation des FDS et à d’autres fins en temps de paix.