La Chine s’empare du gaz russe à moitié prix jusqu’à la fin de cette année

La Chine continue d’augmenter ses importations de gaz naturel russe, concluant récemment un accord d’approvisionnement avec l’opérateur Sakhalin 2 avec une remise de 50 % jusqu’à la fin de l’année, selon un rapport de Bloomberg.

La Chine a importé 29% de plus de gaz naturel liquéfié russe au premier semestre qu’en 2021, et les importations ont atteint leur plus haut niveau depuis 2020 en août, selon les données de Bloomberg. Cela a cimenté sa place en tant que l’un des plus grands clients énergétiques de la Russie depuis l’invasion de l’Ukraine, s’emparant de gaz brut et naturel à des prix très avantageux tandis que l’Occident tente de se retirer de la consommation de produits énergétiques russes.

L’appétit de la Chine pour l’énergie russe ne montre pas de signes de déclin, car le pays a récemment conclu un accord avec l’usine russe de GNL Sakhalin-2 pour acheter des approvisionnements en gaz naturel à la moitié du prix au comptant actuel, ont déclaré mercredi à Bloomberg des commerçants familiers avec l’affaire.

L’accord complique les choses à l’étranger, où l’Europe est confrontée à une crise énergétique imminente qui pourrait être aggravée par une éventuelle fermeture du gaz russe cet hiver. La Chine s’emparant du gaz russe signifie moins de concurrence sur le marché au comptant pour les fournisseurs européens et asiatiques, mais ils supporteront le coût d’approvisionnements alternatifs plus chers.

Et l’Europe a déjà souffert de la flambée des prix de l’énergie. Les contrats à terme néerlandais TTF, la référence européenne pour le gaz naturel, ont récemment grimpé de 28% après que la Russie a annoncé une fermeture indéfinie du gazoduc clé Nord Stream 1, jusqu’à 268 euros par mégawattheure.

Cela a également affecté les factures d’électricité des consommateurs, car l’électricité est produite à partir de gaz naturel. Et la puissance de base allemande, la référence européenne en matière d’électricité, a grimpé en flèche à plus de 1 400 % au-dessus de la moyenne de la décennie précédente, dépassant les 700 euros par mégawattheure pour la première fois en août.

Cela donne un aperçu de l’hiver difficile qui s’annonce, le seul avantage étant que la Chine revend son excédent de gaz naturel à l’Europe avant l’hiver. Déjà, 4 millions de tonnes de GNL ont été transférées vers le continent à court d’énergie, en grande partie en raison de la baisse de la demande en Chine en raison de ses restrictions de verrouillage continues.