La Russie envisage de porter plainte pour récupérer son argent gelé par les sanctions

La Russie prévoit de prendre des mesures juridiques pour récupérer 300 milliards de dollars de ses réserves de devises étrangères gelées par les gouvernements occidentaux dans le but d’annuler l’une des mesures les plus douloureuses imposées à Moscou en réponse à son invasion de l’Ukraine.

L’engagement de monter une contestation judiciaire contre la mesure a été annoncé par le chef de la banque centrale de Russie sans aucun détail ni délai.

“Bien sûr, il s’agit d’un gel sans précédent, nous allons donc préparer des poursuites, et nous nous apprêtons à les appliquer, car c’est sans précédent à l’échelle mondiale”, a déclaré mardi Elvira Nabiullina, citée par Interfax.

Deux jours après que la Russie a commencé son invasion de l’Ukraine fin février, les pays du G7 et la Commission européenne ont annoncé qu’ils imposeraient des sanctions à la banque centrale russe pour l’empêcher d’accéder à ses avoirs en devises.

La banque centrale est incapable d’accéder à près de la moitié de ses 609,4 milliards de dollars de réserves pour soutenir le rouble, qui a fortement chuté après l’invasion. Cela a forcé la Russie à imposer des contrôles de capitaux et à ordonner aux exportateurs de convertir leurs revenus étrangers en roubles.

Un responsable de la banque centrale a refusé de dire dans quelles juridictions la Russie prévoyait de poursuivre ou quels motifs elle invoquerait pour l’action en justice.

La Russie a également menacé de poursuites judiciaires si les sanctions l’obligeaient à faire défaut sur sa dette souveraine. Il a manqué deux paiements sur la dette libellée en dollars lorsque les autorités américaines ont refusé de laisser les banques américaines les traiter.

Il y a eu peu d’exemples d’efforts réussis de la part d’individus ou de gouvernements pour renverser les sanctions économiques occidentales.

L’année dernière, la Cour suprême du Royaume-Uni a bloqué une offre du Venezuela visant à libérer les réserves d’or gelées par la Banque d’Angleterre, tandis que les États-Unis ont rejeté une action en justice de l’oligarque russe Oleg Deripaska pour faire lever les sanctions personnelles à son encontre.

Alors que certaines personnes ont contesté les sanctions de l’UE qui les affectent personnellement, aucune sanction sectorielle de l’UE imposée à la Russie depuis l’annexion de la Crimée en 2014 n’a été annulée par une action en justice.

« Les sanctions européennes sont basées sur un cadre juridique très clair et une partie du mécanisme de sanctions de l’UE est la possibilité pour tous ceux qui ont été sanctionnés de faire appel de la décision de sanctions devant la Cour européenne. Il existe une voie juridique parfaite à explorer », a déclaré Peter Stano, porte-parole de la Commission européenne.

« Ce que les autorités russes, ce que feront les institutions russes, est entièrement entre leurs mains », a-t-il ajouté. “La raison pour laquelle nous imposons les sanctions est très claire, elles sont basées sur un cadre juridique clair, et les raisons sont l’agression illégale contre l’Ukraine et son peuple.”