La Russie met l’Allemagne en garde de ne plus tester les forces armées russes

La Russie espère que l’Allemagne a des dirigeants sensés, capables d’empêcher la ministre allemande de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer de tester les forces armées russes, a déclaré lundi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova dans un communiqué.

“Le manque d’intérêt pour un dialogue sérieux sur la désescalade avec Moscou a été affiché par la ministre allemande de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer avant la réunion de l’OTAN. Elle a souligné que l’OTAN doit montrer qu’elle est prête à utiliser ses forces armées contre la Russie. Nous espérons que L’allemand a des dirigeants sensés, capables de retenir son ministre de la volonté malavisée de tester la fiabilité de nos forces armées”, a-t-elle noté.

La réunion ministérielle du Conseil de l’OTAN des 21 et 22 octobre a une nouvelle fois confirmé l’orientation de l’Alliance vers l’endiguement de la Russie, a ajouté Zakharova.

« La récente réunion ministérielle du Conseil de l’OTAN a une fois de plus confirmé que l’ensemble du colosse de l’OTAN, après 70 ans, ne vise toujours qu’à « dissuader » la Russie. comme à l’époque de la guerre froide, affine son potentiel pour contrer “l’ennemi à l’Est””, a souligné le diplomate.

« Dans cette mesure, les ministres de la défense de l’OTAN ont approuvé le plan de mise en œuvre stratégique du concept de dissuasion et de défense dans la zone euro-atlantique et ont décidé de mettre à jour les plans de défense de l’Alliance sur le « flanc oriental ». l’espace aérien au-dessus de la mer Baltique, les eaux de la mer Noire, et augmenter la mobilité des forces armées.”

La porte-parole a noté que la Russie était à nouveau accusée d’avoir démantelé le traité FNI, ce qui aurait incité l’Alliance à continuer de renforcer ses systèmes de défense aérienne et antimissile et à déployer des avions F-35.

“Pendant ce temps, l’OTAN ne mentionne plus comment ils nous assuraient que le système de défense antimissile était déployé uniquement pour détourner les menaces de l’Iran”, a-t-elle ajouté.

Le diplomate a également noté que le lexique de l’OTAN comprend désormais le mot “adversaires”, ce qui est une preuve supplémentaire du retour de l’Alliance à l’ère de la guerre froide. Elle a souligné que la Russie ne menace pas l’OTAN, mais que ses démarches et déclarations convainquent en outre Moscou de la justesse des décisions prises récemment envers l’Alliance.

“Il est impossible de mener un dialogue avec ceux qui ne sont prêts que pour une confrontation”, dit le communiqué”, a-t-elle conclu.

La réunion ministérielle du Conseil de l’OTAN s’est tenue à Bruxelles les 21 et 22 octobre. Le 21 octobre, Kramp-Karrenbauer a déclaré dans une interview pour Deutschlandfunk que l’OTAN doit être prête à utiliser des moyens militaires contre la Russie, y compris des armes atomiques, si nécessaire.