Le Pentagone arrête les livraisons de F-35 après la découverte d’un composant chinois

C’est un lieu commun de dire que la mise au point du nouvel avion de combat F-35 Lightning II est très compliquée (et donc très coûteuse). Aussi, chaque détail compte.

Or, la découverte, l’automne dernier, de traces corrosion « dépassant les limites techniques » [mais sans affecter la sécurité des vols, selon le F-35 Joint Office Program du Pentagone, ndlr] sur des fixations des panneaux de fuselage entraîna la suspension des livraisons de F-35, le temps de trouver une solution à ce nouveau problème. Ce qui fut fait au bout de 30 jours.

Puis, il apparut que le constructeur avait omis d’appliquer un enduit anti-corrosion sur des ajutages de panneaux d’inspection de maintenance. Seulement, cet oubli n’avait pas été décelé ni par Lockheed-Martin, ni par les équipes du Pentagone chargées de réceptionner les F-35.

D’où un litige sur la prise en charge des coûts relatifs aux réparations nécessaires pour corriger ce problème de corrosion sur les 250 appareils déjà livrés aux États-Unis mais aussi aux clients étrangers.

D’après l’agence Reuters, ce différend serait à l’origine de la décision du Pentagone de suspendre la livraison des F-35. Deux autres clients étrangers auraient fait de même.

L’arrêt des livraisons a été confirmée par Lockheed-Martin, qui a précisé que cette mesure resterait en vigueur tant qu’un « accord sur une question contractuelle » n’aura pas été trouvé. Toutefois, l’industriel s’est dit confiant pour atteindre son objectif de livrer 91 avions en 2018.

Pour rappel, le F-35 est assemblé à Fort Worth, au Texas, à Nagoya, au Japon, et à Cameri, en Italie. Selon l’amiral Winter, responsable du programme au Pentagone, la cadence de production devrait être maximale d’ici 2 ans, avec 12 à 15 appareils construits chaque mois (contre 7 à 9 en ce moment), ce qui permettra de faire baisser leur prix unitaire en-deçà des 100 millions de dollars.

Actuellement, un F-35A (version « classique ») coûterait 98 millions de dollars tandis que le prix d’un F-35B (STOVL) et celui d’un F-35C (version navale) s’élèveraient à 121 millions.