Un bébé est né d’une éjaculation vieux de 27 ans

Un bébé est né d’une éjaculation vieux de 27 ans

Molly Gibson a tout juste un peu plus d’un mois et pourtant elle détient déjà un record. Née fin octobre, en 2020, la petite fille est issue d’un embryon prélevé… en 1992. Selon le Centre national de don d’embryons de Knoxville (Tennessee), il est celui resté congelé le plus longtemps avant d’aboutir à une naissance.

C’est dans cet établissement que Tina et Ben Gibson ont adopté l’embryon qui a fait naître Molly. Avant cela, ils avaient suivi la même procédure pour avoir leur premier enfant, Emma. D’ailleurs, selon le centre, la fille ainée des Gibson détenait le record avant que sa petite soeur le rafle. En 2017, Emma est née grâce à un embryon qui était resté congelé pendant 24 ans.

Le Centre national de don d’embryons de Knoxville est un organisme confessionnel à but non lucratif qui stocke les embryons congelés que des patientes fécondées in vitro ont décidé de ne pas garder. La structure les propose à d’autres familles et, lorsqu’un embryon est adopté, il est implanté dans l’utérus de la mère adoptive, qui mène la grossesse à son terme.closevolume_off

Interrogés par CNN, Tina et Ben Gibson expliquent qu’ils ont lutté pendant longtemps contre l’infertilité. Résolus à devenir parents, ils ont d’abord songé à l’adoption traditionnelle avant d’entendre parler de l’adoption d’embryons.

La jeune femme reconnaît avoir eu quelques inquiétudes sur la viabilité de sa première grossesse, en raison de l’âge de l’embryon. Mais, selon le centre de don, les naissances d’Emma et Molly prouvent que, grâce aux technologies actuelles, les embryons peuvent être préserver «pour une utilisation future dans un laps de temps indéfini». Des questions subsistent dans la communauté médicale à ce sujet mais, pour les Gibson, c’est une réussite.

«Avec Emma nous étions tellement émus d’avoir un bébé, raconte Tina Gibson. Nous le sommes tout autant pour Molly. Elle a été une petite étincelle de joie pour 2020.» S’ils trouvent «assez drôle» d’avoir établi un record pour les deux naissances de leurs filles, les jeunes parents assurent que ce n’est pas le plus important. Selon Tina Gibson, le plus incroyable dans cette histoire est surtout de réaliser que ces deux petites filles sont bien les siennes.

Dan la même rubrique