Des papiers du Kremlin semblent montrer le complot de Poutine pour mettre Trump à la Maison Blanche

Des papiers du Kremlin semblent montrer le complot de Poutine pour mettre Trump à la Maison Blanche

Vladimir Poutine a personnellement autorisé une opération d’une agence d’espionnage secrète pour soutenir un Donald Trump « mentalement instable » lors de l’élection présidentielle américaine de 2016 lors d’une session à huis clos du Conseil de sécurité nationale de la Russie, selon ce qui est considéré comme une fuite de documents du Kremlin.

La réunion clé a eu lieu le 22 janvier 2016, suggèrent les journaux, en présence du président russe, de ses chefs d’espionnage et de ses hauts ministres.

Ils ont convenu qu’une Maison-Blanche de Trump aiderait à garantir les objectifs stratégiques de Moscou, parmi lesquels les « troubles sociaux » aux États-Unis et un affaiblissement de la position de négociation du président américain.

Les trois agences d’espionnage russes ont reçu l’ordre de trouver des moyens pratiques de soutenir Trump, dans un décret semblant porter la signature de Poutine.

À ce stade, Trump était le favori dans la course à l’investiture du parti républicain. Un rapport préparé par le département d’experts de Poutine a recommandé à Moscou d’utiliser « toute la force possible » pour assurer la victoire de Trump.

Les agences de renseignement occidentales auraient eu connaissance des documents depuis quelques mois et les auraient soigneusement examinés. Les documents, vus par le Guardian, semblent représenter une fuite sérieuse et très inhabituelle de l’intérieur du Kremlin.

Le Guardian a montré les documents à des experts indépendants qui disent qu’ils semblent être authentiques. Les détails accessoires semblent exacts. Le ton général et l’orientation seraient conformes à la pensée du Kremlin en matière de sécurité.

Le Kremlin a répondu avec dédain. Le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a déclaré que l’idée que les dirigeants russes s’étaient rencontrés et avaient accepté de soutenir Trump lors de la réunion début 2016 était “une grande fiction” lorsqu’il a été contacté par le Guardian jeudi matin.

Publicité
Le rapport – « No 32-04 \ vd » – est classé secret. Il dit que Trump est le “candidat le plus prometteur” du point de vue du Kremlin. Le mot en russe est perspektivny.

Il y a une brève évaluation psychologique de Trump, qui est décrit comme un « individu impulsif, mentalement instable et déséquilibré qui souffre d’un complexe d’infériorité ».

Il y a également une confirmation apparente que le Kremlin possède du kompromat, ou des informations potentiellement compromettantes, sur le futur président, recueillies – selon le document – ​​lors des précédentes « visites non officielles de Trump sur le territoire de la Fédération de Russie ».

Le document fait référence à « certains événements » qui se sont produits lors des voyages de Trump à Moscou. Les membres du Conseil de sécurité sont invités à trouver des détails dans l’annexe cinq, au paragraphe cinq, indique le document. On ne sait pas ce que contient l’annexe.

“Il est absolument nécessaire d’utiliser toute la force possible pour faciliter son élection [de Trump] au poste de président américain”, indique les documents divulgués.

Cela aiderait à réaliser le « scénario politique théorique » préféré de la Russie. Une victoire de Trump “conduira certainement à la déstabilisation du système sociopolitique américain” et verra le mécontentement caché éclater au grand jour, prédit-il.

Le sommet du Kremlin

Il ne fait aucun doute que la réunion de janvier 2016 a eu lieu – et qu’elle a été convoquée à l’intérieur du Kremlin.

Une photo officielle de l’occasion montre Poutine en tête de table, assis sous un drapeau de la Fédération de Russie et un aigle royal à deux têtes. Le Premier ministre russe de l’époque, Dmitri Medvedev, était présent, ainsi que le vétéran ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Étaient également présents Sergueï Choïgou, ministre de la Défense en charge du GRU, l’agence de renseignement militaire russe ; Mikhail Fradkov, alors chef du service de renseignement extérieur russe SVR ; et Alexander Bortnikov, le patron de l’agence d’espionnage du FSB.Nikolai Patrushev, l’ancien directeur du FSB, était également présent en tant que secrétaire du conseil de sécurité.

Selon un communiqué de presse, la discussion a porté sur l’économie et la Moldavie.

Le document vu par le Guardian suggère que le véritable objectif secret du Conseil de sécurité était de discuter des propositions confidentielles élaborées par le service analytique du président en réponse aux sanctions américaines contre Moscou.

L’auteur semble être Vladimir Symonenko, le haut responsable en charge du département d’experts du Kremlin – qui fournit à Poutine des documents d’analyse et des rapports, dont certains sont basés sur des renseignements étrangers.

Les documents indiquent que le 14 janvier 2016, Symonenko a fait circuler un résumé de trois pages des conclusions et recommandations de son équipe.

Dans un ordre signé deux jours plus tard, Poutine a demandé au chef de sa direction de la politique étrangère de l’époque, Alexander Manzhosin, de convoquer une réunion d’information à huis clos du conseil de sécurité nationale.

Son but était d’approfondir l’étude du document, précise l’ordre. Manzhosin a reçu un délai de cinq jours pour prendre des dispositions.

Ce qui a été dit à l’intérieur de la salle du Sénat du Kremlin au deuxième étage est inconnu. Mais le président et ses responsables du renseignement semblent avoir signé un plan multi-agences pour s’immiscer dans la démocratie américaine, formulé en termes d’autodéfense justifiée.

Diverses mesures sont citées que le Kremlin pourrait adopter en réponse à ce qu’il considère comme des actes hostiles de la part de Washington. Le document expose plusieurs faiblesses américaines. Il s’agit notamment d’un « fossé politique qui se creuse entre la gauche et la droite », l’espace « d’information médiatique » des États-Unis et une humeur anti-establishment sous le président Barack Obama.

Source : https://www.theguardian.com/world/2021/jul/15/kremlin-papers-appear-to-show-putins-plot-to-put-trump-in-white-house

Dan la même rubrique