Coronavirus : des cartels colombiens exécutent ceux qui ne respectent pas le confinement

Des cartels colombiens ont récemment exécuté au moins 8 civils qui n’avaient pas respecté des mesures sanitaires (couvre-feux, confinement…) instaurées par les trafiquants pour limiter la propagation du Covid dans au moins 11 des 32 Etats de Colombie.

Plusieurs groupes armés empêcheraient tous les habitants, y compris certains malades hors-Covid, de quitter leur propre région. Les personnes soupçonnées d’être infectées par le coronavirus sont en revanche priées de s’en aller, sous-peine d’être tuées.

Des motos appartenant à celles et ceux opposés aux règles mises en place par les cartels, ont été brûlées. Ces informations ont été dévoilées dans un rapport Human Rights Watch.

«Ils ont interrompu les transports entre les villages», a témoigné au Guardian un représentant de la communauté de la province de Putumayo. Vendredi 17 juillet, un bilan du ministère de la Santé indiquait que le pays avait franchi le seuil des 6.000 morts.

«Le gouvernement devrait intensifier ses efforts de toute urgence pour protéger ces communautés, veiller à ce qu’elles disposent de nourriture et d’eau suffisantes et protéger leur santé contre les effets de Covid-19», s’est agacé José Miguel Vivanco, directeur Amériques au sein de Human Rights Watch.