Environ 15% des F-35A de l’US Air Force sont cloués au sol, faute de moteur

Environ 15% des F-35A de l’US Air Force sont cloués au sol, faute de moteur

En février, via un communiqué, l’US Air Force avait indiqué qu’elle allait réduire d’un tiers le programme de démonstration de ses F-35A afin de remédier en partie à une pénurie de moteurs F-135, produits par Pratt & Whithney, filiale de Raytheon. Et d’assurer qu’elle travaillait avec le bureau du programme F-35 du Pentagone pour « résoudre les problèmes d’approvisionnement et de maintenance » des réacteurs.

Ce communiqué visait à répondre aux questions soulevées par l’agence Bloomberg, qui venait alors de faire état de l’apparition de défauts au niveau des aubes de turbine du moteur F-135.

Ainsi, il avait été expliqué que les réacteurs des F-35A avaient fonctionné à des températures ayant atteint les « limites de leur conception », provoquant ainsi un délaminage prématuré du revêtement de leurs aubes de turbine. « Ces fissures dans le revêtements ne constituent pas un problème pour la sécurité des vols mais elle réduisent la durée de vie utile d’un moteur », avait confié un responsable de l’US Air Force à Bloomberg.

Selon les prévisions faites à l’époque, il était estimé que, dans le pire des cas, 20% des F-35A pourraient manquer d’un moteur d’ici 2025. Or, sur les 272 appareils livrés à l’US Air Force, 41 sont actuellement cloués au sol pour cette raison. Soit environ 15% de la flotte.

Ce chiffre a été donné par le général Eric Fick, le responsable du programme F-35 au Pentagone, ainsi que par Darlene Costello, la secrétaire adjointe [par intérim] à l’Air Force pour les acquisitions et la technologie, lors d’une audition à la Chambre des représentants, le 13 juillet.

Ainsi, selon le général Fick, au 8 juillet, 41 F-35A avaient le statut MICAP [Mission Impair Capabilité Awaiting Parts]. Cela signifie que ces avions ne peuvent pas être utilisés en mission tant qu’ils n’ont pas été réparés. En outre, cinq autres appareils, appartenant à l’US Marine Corps et à l’US Navy, se trouvent dans la même situation.

Reste que ces problèmes de moteur n’aident évidemment à réduire le coût d’exploitation des F-35A. Initialement, il devait être compris entre 25’000 et 30’000 dollars après avoir atteint la capacité opérationnelle initiale [IOC]. Or, a récemment confirmé la revue Janes, il est actuellement de 38’000 dollars.

Par ailleurs, le général Fick a évoqué la « nécessité de rechercher » d’autres options pour la propulsion du F-35 porté au standard Block 4, c’est à dire celui qui fera que cet appareil disposera de l’ensemble des capacités pour lesquelles il a été conçu. « Nous aurons probablement besoin d’une puissance accrue », a-t-il dit. Mais pour le moment, on n’en est pas encore là, le développement du Block 4 ayant déjà pris beaucoup du retard…

Source : http://www.opex360.com/2021/07/15/environ-15-des-f-35a-de-lus-air-force-sont-cloues-au-sol-faute-de-moteur/