La Russie avertit Israël qu’elle ne tolérera plus de victimes civiles dans le conflit à Gaza

La Russie avertit Israël qu’elle ne tolérera plus de victimes civiles dans le conflit à Gaza

Au milieu de la pression internationale, Israël a refusé de se retirer du conflit avec le Hamas. Pendant ce temps, la Russie a averti l’État juif de s’engager dans de nouvelles violences qui coûtent la vie à des civils.

Tel que rapporté par l’Associated Press, mercredi, environ 219 Palestiniens ont été tués dans les combats actuels, tandis qu’Israël a fait 12 victimes. Le nombre croissant de morts et de blessés a suscité des appels du monde entier pour qu’Israël mette en place une réponse «proportionnée» aux attaques. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, cependant, a nié qu’Israël ait fait quoi que ce soit au-delà de se défendre et a promis de continuer jusqu’à ce que le Hamas soit dissuadé de futures violences.

L’escalade du conflit est “extrêmement préoccupante” pour le Kremlin, et le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhail Bogdanov a exhorté Israël à examiner attentivement les mesures qu’il entreprend.

“Lors d’un échange d’opinions franc sur la situation dans les relations israélo-palestiniennes, y compris celle dans la bande de Gaza, la partie russe a exprimé sa profonde préoccupation face à l’escalade des tensions et a souligné l’inadmissibilité de mesures faisant plus de victimes civiles”, Bogdanov a déclaré mercredi à Alexander Ben Zvi, l’ambassadeur d’Israël à Moscou, selon l’agence de presse officielle TASS.

La Russie “surveille de très près les développements” dans la région, a déclaré mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Peskov a exhorté les deux parties à être “extrêmement prudentes dans leurs déclarations” afin de ne pas “alimenter le feu”.

Peskov a également déclaré que la Russie était disposée à accueillir des conversations et qu’elle prenait des “initiatives relevant de ses pouvoirs” pour servir de lieu de contacts directs.

Newsweek a contacté l’ambassade d’Israël à Washington pour obtenir des commentaires, mais n’a pas reçu de réponse à temps pour la publication.

La Russie n’est pas le seul pays à demander la fin de la violence. Alors que les États-Unis ne signeront pas une déclaration du Conseil de sécurité des Nations Unies appelant à un cessez-le-feu, le président Joe Biden a publiquement soutenu une telle décision lundi.

Lors d’un appel avec Netanyahu mercredi, Biden a déclaré au Premier ministre qu’il s’attendait à une “désescalade significative” d’Israël “sur la voie d’un cessez-le-feu”.

On ne sait pas si les attentes de Biden seront satisfaites, car Netanyahu n’a donné aucun signe qu’il est prêt à réduire les efforts israéliens dans le conflit. Lors d’un briefing avec les ambassadeurs étrangers mercredi, Netanyahu a déclaré qu’il n’y avait pas de “chronomètre à portée de main” pour savoir quand le conflit se terminera, et que l’objectif est de s’assurer qu’ils “atteignent les objectifs de cette opération”.

Ces objectifs, comme Netanyahu l’a souligné, sont de dissuader le Hamas d’attaques futures et d’entraver sa capacité à lancer des offensives. Il a critiqué le Hamas pour avoir utilisé des civils dans ses batailles, ce qui, selon lui, contribue au nombre élevé de morts.

Netanyahu a loué la tentative d’Israël de cibler le Hamas avec “une grande précision”, et a qualifié les critiques contre le pays du nombre de morts civils “absurdes”, “injustes” et “fausses”.

Bien qu’il n’ait pas de calendrier pour la fin du conflit, Netanyahu a déclaré lors de la réunion de mercredi qu’il espérait pouvoir “rétablir le calme” rapidement.