La Tunisie veut envoyer son premier astronaute dans l’espace d’ici à 2023

La Tunisie veut envoyer son premier astronaute dans l’espace d’ici à 2023

Envoyer une Tunisienne dans l’espace d’ici à 2023, c’est le projet de l’entreprise d’ingénierie Telnet qui a signé une convention avec l’agence spatiale russe vendredi 13 août. L’accord prévoit la sélection et la formation d’une astronaute qui sera envoyée dans la Station spatiale internationale (ISS). Elle pourrait ainsi devenir la première astronaute arabe et africaine de l’histoire.

La Tunisie un peu plus près des étoiles, mais il faudra d’abord franchir plusieurs étapes. Anis Youssef, le directeur innovation de Telnet égraine le calendrier : « D’ici à la fin de l’année, il y aura une première sélection de candidates. Deuxième et troisième trimestre 2022, il y aura les entrainements. Et entre la fin de l’année 2022 et le début de l’année 2023, il y aura l’envoi de l’astronaute tunisien dans l’espace. »

Mais le directeur rappelle qu’il n’y a pas que ce projet qui se fait en développement avec les Russes. « Il y a beaucoup d’autres projets en cours avec les instances russes dans le domaine des télécommunications et des observations de la Terre. »

L’idée d’une astronaute tunisienne a été soufflée par le président de la République en personne, Kaïs Saïed qui affectionne les symboles a même supervisé, par visioconférence, la signature de la convention entre Telnet et l’agence spatiale russe.

Mise en orbite de Challenge One en mars

La collaboration entre le groupe d’ingénierie et Moscou a déjà permis la mise en orbite du tout premier satellite fabriqué en Tunisie, Challenge One en mars. « L’équipe qui travaillé sur Challenge One, c’est une équipe mixte, multidisciplinaire composée d’ingénieurs hommes et femmes qui ont travaillés sur des domaines pointus concernant l’espace », raconte Anis Youssef.

Le projet spatial tunisien n’en est qu’à ses débuts. Telnet ambitionne de faire du pays une plateforme pour l’Afrique dans le domaine

Dan la même rubrique