Le taux d’infection par le VIH en Russie est dix fois plus élevé qu’en Europe

KAZAN, RUSSIA - NOVEMBER 8, 2016: A technician testing blood samples at a laboratory at the Republic of Tatarstan Centre for Prevention and Control of AIDS and Infectious Diseases. Yegor Aleyev/TASS Ðîññèÿ. Êàçàíü. 8 íîÿáðÿ 2016. Â ëàáîðàòîðèè Ðåñïóáëèêàíñêîãî öåíòðà ïî ïðîôèëàêòèêå è áîðüáå ñî ÑÏÈÄîì è èíôåêöèîííûìè çàáîëåâàíèÿìè. Åãîð Àëååâ/ÒÀÑÑ

Il a également été noté que 400 000 personnes sont décédées en Russie depuis que le premier patient atteint du VIH a été signalé dans le pays en 1987.

Le taux de cas d’infection par le VIH pour 100 000 habitants est dix fois plus élevé en Russie que dans les pays européens. La Russie fait état de 1,1 million de personnes infectées par le VIH, dont moins de 2% sont des jeunes, a déclaré mercredi Natalya Ladnaya, chercheuse principale de l’Institut central de recherche en épidémiologie de l’organisme de surveillance sanitaire russe.

“En 2020, nous avons diagnostiqué moins d’infections à VIH – 60 000 nouveaux cas. C’est encore beaucoup, car à titre de comparaison – seuls 25 000 nouveaux cas de VIH ont été signalés dans tous les pays de l’Union européenne”, a déclaré Ladnaya. “Si l’on compare le taux d’incidence pour 100 000 habitants, le taux d’incidence ici est dix fois plus élevé que dans les pays de l’Union européenne”, a déclaré l’expert.

Au début des années 2000, près d’une personne infectée sur quatre avait moins de 20 ans, a-t-elle ajouté. “Maintenant, littéralement moins de 2%” font partie de ce groupe d’âge”, a-t-elle souligné. Ladnaya a également déclaré que 400 000 personnes sont décédées en Russie depuis que le premier patient atteint du VIH a été signalé dans le pays en 1987.