Vous voulez déclencher une guerre contre l’armée américaine ? Tirez sur un porte-avions

Vous voulez déclencher une guerre contre l’armée américaine ? Tirez sur un porte-avions

Une attaque à l’improviste d’un acteur étatique armé de manière conventionnelle connaîtrait les plus hauts niveaux de succès, mais aurait également un impact sur l’élite et l’opinion publique aux États-Unis qui pourrait conduire à des appels à des représailles terribles.

Voici ce que vous devez retenir : endommager ou couler un porte-avions pourrait entraîner un engagement américain beaucoup plus fort dans le conflit, ainsi qu’une décision américaine d’intensifier soit verticalement (en utilisant des systèmes d’armes supplémentaires) soit horizontalement (en élargissant la portée géographique de le combat).

Depuis les années 1950, le supercarrier est la représentation la plus visible de la puissance militaire et de l’hégémonie maritime des États-Unis. Bien que les supercarriers aient participé à presque tous les conflits militaires depuis la mise en service de l’USS Forrestal en 1955, aucun porte-avions n’a fait l’objet d’une attaque déterminée de la part d’un adversaire capable. Cela s’explique en partie par le fait que les superporteurs sont très difficiles à attaquer, mais la grandeur symbolique des énormes navires joue également un rôle ; personne ne veut savoir ce que les États-Unis pourraient faire si l’un de leurs transporteurs était attaqué.

Que se passerait-il si un ennemi attaquait un porte-avions de la marine américaine (USN) pendant un conflit ? Comment réagiraient les États-Unis et comment réagiraient-ils ?

Conditions:

Les circonstances comptent évidemment pour une attaque contre un porte-avions américain. Une attaque à l’improviste d’un acteur étatique armé de manière conventionnelle connaîtrait les plus hauts niveaux de succès, mais aurait également un impact sur l’élite et l’opinion publique aux États-Unis qui pourrait conduire à des appels à des représailles terribles. Une attaque dans le cadre d’une crise semblerait moins extraordinairement hostile, mais exigerait néanmoins une réponse sévère. Enfin, une attaque pendant des hostilités actives pourrait bien représenter une escalade significative, mais serait moins susceptible de susciter une réaction publique enragée. Le plus dévastateur de tous pourrait être une attaque par un acteur non étatique qui a entraîné des pertes importantes et/ou la destruction du transporteur. Cela enflammerait sans aucun doute l’opinion publique américaine tout en laissant les États-Unis sans voie claire de réponse et de représailles.

Logique d’escalade :

Dans le cadre d’un conflit militaire en cours, une attaque contre un porte-avions USN ne représenterait pas nécessairement un défi juridique ; Les porte-avions sont des armes de guerre, après tout, et ils sont tout aussi vulnérables aux attaques que n’importe quelle autre arme. Mais comme les théoriciens militaires l’ont souligné depuis au moins deux siècles, les États choisissent très soigneusement leurs niveaux d’escalade. La plupart des guerres sont des guerres limitées, et dans les guerres limitées, les généraux, les amiraux et les politiciens sont conscients de l’importance politique des cibles qu’ils choisissent. Par conséquent, certaines cibles restent interdites aux États qui souhaitent limiter la guerre, même si ces cibles apportent une contribution matérielle à la conduite du conflit.

Les États-Unis ont joui, pendant un certain temps, d’une perception d’intouchabilité autour de leurs ressources militaires les plus chères et les plus efficaces. Même avec les forces navales et aériennes conventionnelles, attaquer un superporteur n’est pas une mince affaire ; l’URSS a essayé de développer des armes et des tactiques anti-transporteurs efficaces pendant des décennies, une poursuite que la Chine a maintenant entreprise. Mais les porte-avions ont une importance symbolique presque mythique, à la fois dans l’opinion mondiale et dans l’auto-conception de la marine américaine. Aucun État n’a entrepris d’attaque déterminée contre un porte-avions USN depuis la Seconde Guerre mondiale.

Autoriser une attaque contre un supercarrier de l’USN nécessiterait une décision politique de poids. Les autorités politiques et militaires de haut niveau pourraient préférer simplement endommager un porte-avions, ce qui enverrait aux États-Unis un message de vulnérabilité, mais qui n’entraînerait pas nécessairement la mort d’un grand nombre de membres du personnel américain. Cependant, il serait difficile pour quiconque de garantir des limitations sur les dommages, car un “coup de chance” pourrait détruire le transporteur. Accorder le pouvoir d’attaquer un transporteur ferait nécessairement courir le risque de faire couler le navire. L’USS Nimitz transporte près de 6000 militaires américains et représente une vaste dépense du trésor américain. L’attaquer, et ainsi mettre en danger ce sang et ce trésor, est en effet une perspective très risquée. Le naufrage d’un porte-avions américain pourrait bien entraîner des pertes qui dépasseraient les pertes totales de la guerre en Irak en quelques minutes seulement. Lorsque les vaisseaux capitaux coulent, ils emmènent parfois presque tous les membres d’équipage avec eux ; 1415 d’un équipage de 1418 sont descendus avec le HMS Hood en 1941, par exemple.

Les cibles d’une attaque contre un transporteur, en effet, seraient les capacités militaires américaines, l’opinion publique et l’opinion de l’élite (définissant l’élite comme incluant les dirigeants militaires et civils). Les dirigeants politiques et militaires de l’ennemi devraient croire que l’attaque du porte-avions était militairement faisable, que cela ferait avancer les objectifs opérationnels ou stratégiques et que les réponses américaines probables étaient gérables en termes militaires et politiques. Sur les plans opérationnel et stratégique, il n’est pas difficile d’imaginer un contexte dans lequel endommager, détruire ou dissuader un porte-avions permettrait un succès militaire opérationnel. Le simple fait de dégager le ciel des F/A-18 et des F-35 a tendance à faciliter la vie des forces militaires déployées. Sur le plan stratégique, une attaque véhiculerait un sérieux d’engagement, tout en créant une peur de la vulnérabilité en Amérique. Endommager ou couler un porte-avions ferait clairement comprendre aux Américains les coûts de la guerre et pourrait les dissuader de poursuivre le conflit. Enfin, toute décision d’escalade doit prendre au sérieux la réponse potentielle des États-Unis et inclure soit que l’Amérique ne s’intensifierait pas en réponse, soit que toute réponse américaine pourrait être gérée efficacement.

Impacter:

Beaucoup dépendra de l’efficacité de l’attaque. Même une tentative infructueuse d’attaquer un superporteur (une sortie de sous-marin interceptée ou une volée de missiles balistiques qui n’ont pas atteint la cible, par exemple) comporterait des risques d’escalade, bien que cela indiquerait également la gravité de l’objectif aux décideurs américains.

L’impact militaire d’une frappe réussie contre un transporteur serait simple. Une volée de missile qui a coulé un porte-avions ou conduit à une “mission-kill” en endommageant le pont d’envol d’un porte-avions et en le rendant inopérant affecterait profondément les opérations militaires américaines, à la fois en retirant le porte-avions du combat et en dissuadant l’Amérique de déployer d’autres porte-avions. à la région. L’USN ne peut déployer qu’un nombre limité de porte-avions à un moment donné. En cas de crise, l’USN pourrait déplacer des porte-avions et lever des navires supplémentaires, mais éliminer un porte-avions élimine effectivement environ 10 % de la puissance de frappe de l’aéronavale américaine. Les États-Unis ont d’autres options (avions terrestres, missiles de croisière, porte-avions d’assaut), mais dans de nombreux scénarios, endommager ou couler un porte-avions pourrait avoir un impact dramatique sur l’équilibre militaire.

Cependant, une “mission-kill” n’enflammerait pas nécessairement l’opinion publique américaine et pourrait même créer un sentiment de vulnérabilité parmi le peuple américain. Peut-être plus important encore, une telle attaque pourrait donner aux décideurs américains (qui ont historiquement été plus opposés aux victimes que le public américain) une pause sur les coûts et les avantages de l’intervention. Une attaque qui a coulé un porte-avions avec des pertes importantes, d’un autre côté, pourrait bien entraîner des demandes de vengeance, quelles que soient les circonstances spécifiques de l’attaque. Cela pourrait mettre les décideurs américains dans la position délicate de devoir intensifier, sans pouvoir utiliser certaines des options militaires les plus meurtrières de leur boîte à outils.

Mais encore une fois, l’attaquant courrait de graves risques. Endommager ou couler un porte-avions pourrait entraîner un engagement américain beaucoup plus fort dans le conflit, ainsi qu’une décision américaine d’intensifier soit verticalement (en utilisant des systèmes d’armes supplémentaires) soit horizontalement (en élargissant la portée géographique du combat). Couler un porte-avions serait un excellent moyen de transformer une guerre limitée en une guerre majeure, et très peu de pays envisageraient sérieusement une guerre majeure contre les États-Unis.

Salve finale :

Il est peu probable qu’un ennemi décide d’attaquer un supercarrier USN par accident. Lancer une attaque contre un porte-avions représente une décision politico-militaire profonde d’aggraver les enjeux d’un conflit, et il est peu probable qu’un commandant tactique (un sous-skipper, par exemple) soit autorisé à prendre une telle décision par lui-même. . Si une telle attaque a lieu pendant une crise ou un conflit, les décideurs politiques de chaque côté (sans parler du reste du monde) devront respirer très profondément et réfléchir sérieusement aux prochaines étapes.

Dan la même rubrique