Les États-Unis sanctionnent les importations d’armes à feu russes et les exportations de technologies liées aux missiles vers Moscou

Les États-Unis sanctionnent les importations d’armes à feu russes et les exportations de technologies liées aux missiles vers Moscou

Les États-Unis ont giflé la Russie avec une deuxième série de sanctions pour l’incident avec le blogueur Alexey Navalny, limitant les importations d’armes à feu et de munitions en provenance de Russie ainsi que les exportations de technologies nucléaires et liées aux missiles vers ce pays, indique un communiqué publié par le porte-parole de le département d’État américain Ned Price vendredi.

Il indique qu’une deuxième série de sanctions est imposée à la Russie par le Département d’État américain en vertu de la loi sur le contrôle des armes chimiques et biologiques et l’élimination de la guerre (loi CBW).

Les sanctions “incluent une restriction à l’importation permanente d’armes à feu ou de munitions fabriquées ou situées en Russie en vertu de demandes de permis nouvelles ou en attente”, indique-t-il.

“Les demandes de permis nouvelles et en attente pour l’importation permanente d’armes à feu et de munitions fabriquées ou situées en Russie seront soumises à une politique de refus”, a noté le département d’État.

En attendant, le Trésor américain impose « de nouvelles restrictions sur les exportations de technologies nucléaires et liées aux missiles vers la Russie ». Le communiqué de presse indique que les sanctions entreront en vigueur le 7 septembre et “resteront en place pendant au moins 12 mois”. Les sanctions pourraient être levées une fois que la Russie « aura rempli plusieurs conditions ».

Navalny a été transporté d’urgence dans un hôpital local de la ville sibérienne d’Omsk le 20 août 2020, après s’être effondré sur un vol à destination de Moscou en provenance de Tomsk. Il est tombé dans le coma et a été mis sous ventilateur dans une unité de soins intensifs. Le 22 août, il a été transporté par avion à Berlin et admis à l’hôpital de la Charité. Le 2 septembre, le gouvernement allemand a affirmé que le blogueur avait été affecté par un agent toxique appartenant à la famille Novichok. Selon Berlin, les conclusions ont été étayées par des laboratoires français et suédois.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a réaffirmé que Moscou restait prêt à une coopération globale avec l’Allemagne et a souligné qu’aucune substance toxique n’avait été détectée dans le système de Navalny avant son transfert à Berlin.

Dan la même rubrique