L’US Air Force revele les détails sur son avion de combat de 6e génération

En septembre 2020, alors secrétaire adjoint à l’Air Force chargé des acquisitions, de la technologie et de la logistique, Will Roper créa la surprise en révélant que le démonstrateur d’un avion de combat de 6e génération venait d’effectuer avec succès son premier vol. Et cela, grâce à l’ingéniérie numérique.

« Nous avons déjà construit et fait voler un démonstrateur du programme NGAD. Nous avons battu des records en le faisant. […] Nous sommes prêts à construire l’avion de nouvelle génération avec une approche inédite », avait en effet affirmé M. Roper.

Depuis, les détails concernant cet appareil, développé dans le cadre du très secret programme NGAD [Next Generation Air Dominance] ont été rares… Si ce n’est qu’une image conceptuelle a été publié dans un document de l’US Air Force faisant le bilan des acquisitions et des avancées réalisées au cours des années 2019 et 2020. Quant à l’industriel impliqué, quelques indices suggèrent qu’il s’agirait de Lockheed-Martin… Enfin, on sait également qu’il est appelé à remplacer le F-22A Raptor, un avion furtif conçu pour la supériorité aérienne.

La semaine passée, lors d’une audition parlementaire le général Charles Q. Brown, le chef d’état-major de l’US Air Force, a livré quelques informations. La première est que le NGAD sera bien un avion de combat dont la tâche principale sera de donner une supériorité aérienne aux forces américaines. Pour autant, il devra également disposer de capacités de frappes au sol « afin d’offrir plus d’options » aux chefs sur le terrain. Comme le F-22A Raptor…

Sauf que, par rapport à ce dernier, le NGAD sera en mesure d’emporter plus de munitions et de carburant afin de pouvoir « opérer sur de grandes distances du théâtre indo-pacifique », a indiqué le général Brown.

Pour rappel, en plus d’un canon interne de 20 mm, le F-22A Raptor peut emporter, dans ses soutes, huit missiles air-air, dont six AIM-120 AMRAAM et 2 AIM-9 Sidewinder. Selon les configurations, son armement peut se composer de 2 bombes JDAM [Joint Direct Attack Munitions] de 454 kg ou de 8 ou 8 GBU-39 SDB [Small-Diameter Bomb], avec, dans les deux cas, une paire de Sidewinder. En externe, l’appareil est capable d’emporter huit tonnes d’armement, grâce à 4 pylônes sous ses ailes.

Par ailleurs, selon Air Force Magazine, qui cite le général James M. Holms, qui a été à la tête de l’Air Combat Command, il pourrait y avoir deux versions du NGAD : l’une dotée d’une large autonomie ainsi qu’une d’une charge utile importante pour la région Indo-Pacifique et une seconde, qui serait plus « légère » et adaptée aux « zones de combat possibles en Europe ».

Pour rappel, comme le Tempest britannique et le SCAF ibéro-germano-français, le NGAD sera un « système de systèmes », dont la pièce maîtresse sera un avion de combat placé au milieu de drones et d’effecteurs connectés.