Merkel dit qu’elle ne prendra pas le vaccin du COVID-19 et donne ses raisons

La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu’elle ne prendrait pas le vaccin COVID-19 d’AstraZeneca parce qu’elle était trop âgée.

Le rythme du déploiement des vaccins en Europe a ralenti derrière celui du Royaume-Uni. Des gens auraient refusé de prendre le vaccin d’AstraZeneca après que les dirigeants européens aient mis en doute son efficacité.

Le journal allemand Frankfurter Allgemeine a demandé à Merkel, âgée de 66 ans, si elle recevrait une dose du vaccin AstraZeneca pour contrer une perception en Europe selon laquelle le vaccin est inefficace.

La chancelière a déclaré qu’elle n’obtiendrait pas le vaccin car il n’avait pas été approuvé pour les personnes de plus de 65 ans en Allemagne. “J’ai 66 ans et je n’appartiens pas au groupe recommandé pour AstraZeneca”, a-t-elle déclaré au journal.

Des essais récents en Écosse ont lié le vaccin d’AstraZeneca à une baisse spectaculaire du risque d’hospitalisation chez les personnes âgées.

Plus de 1,4 million de doses du vaccin AstraZeneca sont stockées en Allemagne, tandis que les travailleurs de la santé n’ont administré que 240000 doses, a déclaré cette semaine Thomas Mertens, qui préside la commission permanente allemande sur les vaccins, a rapporté le New Scientist.

“Nous travaillons très dur sur ce point et essayons de convaincre les gens d’accepter le vaccin et de vraiment gagner la confiance de la population dans le vaccin”, a déclaré Mertens à l’émission “Today” de BBC Radio 4.

“Mais comme vous le savez peut-être, c’est aussi une sorte de problème psychologique, et il faudra malheureusement un peu de temps pour atteindre cet objectif”, a-t-il déclaré.

Merkel a décrit un “problème d’acceptation” avec le vaccin, qui, selon elle, était “efficace et sûr”. Elle a ajouté que les Allemands ne pouvaient pas choisir le vaccin qu’ils recevaient.

“AstraZeneca est un vaccin fiable, efficace et sûr, approuvé par l’Agence européenne du médicament et recommandé en Allemagne jusqu’à l’âge de 65 ans”, a-t-elle déclaré au Frankfurter Allgemeine. “Toutes les autorités nous disent que ce vaccin est digne de confiance. Tant que les vaccins sont aussi rares qu’ils le sont actuellement, vous ne pouvez pas choisir ce avec quoi vous voulez vacciner.”

La France est confrontée à des problèmes similaires depuis que le président Emmanuel Macron a suggéré sans preuves fin janvier que le vaccin d’AstraZeneca semblait “quasi inefficace” chez les personnes de plus de 65 ans.