Un couple poursuivent leur fils et belle-fille en justice pour ne pas leur avoir donné de petit-enfant

Dimanche, un couple de Haridwar, dans l’Uttarakhand, a intenté une action en justice contre leur fils et une belle-fille et les a accusés de les harceler domestiquement et mentalement. Ils ont exigé soit un petit-enfant, soit une compensation de 5 crores de roupies à leur fils et à leur belle-fille.

Selon les rapports, le couple nommé Sanjeev Prasad et Sadhana Prasad a marié leur fils Shrey Sagar à Shubhangi en 2016. Ils les ont envoyés en Thaïlande pour leur lune de miel mais ont été harcelés mentalement chaque fois qu’ils ont demandé un petit-enfant. “Ils se sont mariés en 2016 dans l’espoir d’avoir des petits-enfants. Nous ne nous soucions pas du sexe, nous voulions juste un petit-enfant », a déclaré le père Sanjeev Prasad.

Il a également déclaré que six ans s’étaient écoulés depuis le mariage de son fils et que le duo (son fils et sa belle-fille) les éloignait délibérément du plaisir d’avoir un petit-enfant. Pendant ce temps, la mère Sadhana Prasad a ajouté que Shrey Sagar est leur fils unique et qu’elle avait satisfait à toutes ses demandes depuis son enfance.

« Nous avons tout fait pour notre enfant. Nous l’avons élevé de la meilleure façon possible. Nous avons dépensé Rs 35 lakhs et l’avons envoyé aux États-Unis pour son cours de formation de pilote, et avons dépensé Rs 20 lakhs supplémentaires pour son style de vie chic. De plus, nous avons acheté une voiture Audi pour lui et sa femme. La voiture nous a coûté un prêt d’une valeur de Rs 65 lakhs. Nous l’avons marié en 2016 afin qu’il puisse continuer notre nom de famille. Mais cela fait six ans et ils ne réalisent pas notre souhait », a-t-elle ajouté.

Elle a accusé sa belle-fille de l’avoir harcelée mentalement pour avoir demandé un petit-enfant. «Nous sommes en difficulté financièrement et personnellement. Nous avons contracté un prêt pour construire une maison. Nous avons demandé 2,5 cr Rs chacun à mon fils et à ma belle-fille dans notre pétition », a ajouté le père.

L’avocat AK Shrivastava a déclaré que l’affaire dépeint la vérité de la société. « Nous investissons dans nos enfants, les rendons capables de travailler dans de bonnes entreprises. Les enfants doivent à leurs parents des soins financiers de base. Les parents ont exigé soit un petit-enfant d’ici un an, soit une compensation de Rs 5 crores », a-t-il confirmé.

Une plainte a été déposée devant le tribunal contre Shrey Sagar et Shubhangi en vertu des articles pertinents sur la violence domestique. Le troisième tribunal ACJ SD a émis une assignation et a demandé un rapport aux officiers locaux avant le 17 mai.