Afghanistan : Moscou envoie un message aux jihadistes en déployant des bombardiers Tu-22 « Backfire »

Afghanistan : Moscou envoie un message aux jihadistes en déployant des bombardiers Tu-22 « Backfire »

Depuis le retrait des forces américaines [ainsi que de celles de l’Otan] et le début de leur offensive de printemps les talibans n’étaient pas parvenus à s’emparer d’une grande ville. C’est désormais chose faite, avec Zaranj, le chef-lieu de la province de Nimroz, dans le sud-ouest de l’Afghanistan. Et, ce 7 août, Sheberghan, la capitale provinciale de Jawzjan, a connu le même sort.

« Malheureusement la ville de Sheberghan a été capturée par les talibans […] Les forces [afghanes] et les responsables ont fui vers l’aéroport », a confirmé Qader Malia, le vice-gouverneur de la province de Jawzjan.

En outre, et après s’être emparés de vastes territoires ruraux, les talibans mettre d’autres villes sont désormais sous pression, comme celle de Lashkar Gah, la capitale de la province du Helmand. Et, dans le même temps, al-Qaïda en profite pour renforcer sa présence dans le pays, comme l’a souligné le dernier rapport du groupe d’experts des Nations unies sur l’application des sanctions visant les entités jihadistes.

« Al-Qaïda est présente dans au moins 15 provinces afghanes, principalement dans les régions de l’est, du sud et du sud-est » et « opère sous la protection des talibans depuis les provinces de Kandahar, du Helmand et de Nimroz », avance ce rapport.

En revanche, les liens qu’entretient le mouvement taleb afghan avec d’autres groupes terroristes paraissent plus équivoques. Ainsi, il a réduit son soutien financier à certaines d’entre-eux, comme le Mouvement islamique d’Ouzbékistan [MIO], le Khatiba Imam al-Bukhari [KIB] ou le Jihad islamique d’Ilimbek Mamatov.

Cela étant, poursuit le rapport, les « talibans ont associé les groupes d’Asie centrale aux combats de plus en plus nombreux qu’ils mènent dans le nord » et le « Jihad islamique participe à ces opérations dans le distri ct d’Imam Saheb, dans la province de Kunduz, apportant son expertise en matière de tactiques militaires et de fabrication d’engins explosifs improvisés ».

Pour les pays frontaliers avec l’Afghanistan, redoutent une contagion jihadiste [via, notamment, la vallée de Ferghana] ne pouvant que les déstabiliser. L’avancée rapide des talibans en Afghanistan a d’ailleurs été au menu d’un sommet ayant réuni, à Avaza [Turkménistan], le 6 août, les chefs d’État des cinq ex-républiques soviétiques d’Asie centrale.

La situation en Afghanistan est « la question qui nous préoccupe tous », a résumé Gourbangouly Berdymoukhamedov, le président turkmène, alors qu’il recevait Emomali Rakhmon, sont homologue tadjik.

La veille, lors d’un déplacement en Ouzbekistan, le général Valéri Guérassimov, le chef d’état-major des forces armées russes, a estimé que la « principale menace pour la région d’Asie centrale provient aujourd’hui du côté afghan ». Et d’en faire porter la responsabilité au « retrait hâtif des forces étrangères » du pays [après 20 ans de présence…].

Justement, pour la Russie, il s’agit d’éviter la déstabilisation de son environnement proche. D’où son implication auprès de plusieurs pays d’Asie centrale, dont le Tadjikistan, où elle dispose d’une importante base militaire. Afin de prévenir toute infiltration jihadiste, un important exercice militaire, réunissant des troupes russes, tadjikes et ouzbèkes, a ainsi été lancé le 5 août, à Kharb-Maïdon, près de la frontière afghane.

Mais pour l’état-major russe, il fallait aller encore plus loin… D’où la démonstration de force qu’il a annoncée le 5 août, dans le cadre d’un autre exercice organisé à Termez, en Ouzbékistan. Soit à un jet de pierre de la frontière afghane [Mazar-e-Sharif se trouve à une soixantaine de kilomètres plus au sud].

Ainsi, quatre bombardiers Tu-22M3 « Backfire », pouvant emporter jusqu’à 12 tonnes de munitions, ont décollé de leur base de Saratov pour rejoindre Termez, afin de « s’exercer à effectuer des bombardements contre des camps terroristes et des dépôts d’armes », a annoncé le ministère russe de la Défense.

Ces Tu-22M3 seront escortés des « MiG-29 des forces aériennes d’Ouzbékistan », a-t-il ajouté. Et des avions d’attaque Su-25 « Frogfoot » ainsi que des hélicoptères Mil Mi-8 en provenance de la base aérienne russe de Kant [Kirghizstan] seront également sollicités.

Jusqu’à présent, les talibans ont toujours assuré qu’il n’était nullement dans leur intention de menacer les pays d’Asie centrale… Et, d’ailleurs, ils n’auraient rien à y gagner, d’autant plus que leur objectif affiché a toujours été d’obtenir le départ des forces internationales d’Afghanistan. Aussi, le message de Moscou s’adresse surtout aux groupes terroristes qui gravitent dans leur orbite.

Dan la même rubrique