Ils veulent s’en prendre au directeur des hôpitaux de Marseille mais se trompent de domicile

Ils veulent s’en prendre au directeur des hôpitaux de Marseille mais se trompent de domicile

Alors que Didier Raoult est officiellement à la retraite depuis le 31 août, ce qui semble être ses partisans à Marseille ont tenté de s’attaquer à François Crémieux, le directeur de l’AP-HM. Seul hic, ils ont confondu l’adresse.

Durant la manifestation anti-pass qui a eu lieu le 4 septembre, un groupe de personnes a voulu s’en prendre à François Crémieux, directeur de l’Assistance publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM). Ils ont cependant choisi un mauvais immeuble, indique Le Figaro.

Ces individus ont ainsi inscrit des tags comme «collabo» ou «Crémieux dégage» sur la façade du domicile qu’ils croyaient être le sien.

«Tout est parti des propos tenus par Didier Raoult lors de l’émission de lundi de Touche Pas à Mon Poste de Cyril Hanouna. Monsieur Raoult a eu des propos menaçants envers le directeur de l’AP-HM, ce qu’ont pris comme prétexte ces manifestants», explique au Figaro une source proche du dossier.

Cette source considère cela comme «une façon de manifester leur soutien à Didier Raoult», regrettant un «déferlement de haine sur les réseaux sociaux» suscité par le «gourou Raoult».

Certaines personnalités se sont rangées du côté du directeur de l’AP-HM, partageant l’opinion du conseiller régional d’Île-de-France Jérôme Guedj qui considère sur Twitter que Didier Raoult lui-même a «mis de l’huile sur le feu».

Plein soutien à @FCREMIEUX, désormais visé à son domicile personnel, notamment parce que ce danger public de Raoult a mis de l’huile sur le feu… pic.twitter.com/bjlVLCbSGU— Jérôme Guedj (@JeromeGuedj) September 4, 2021

​Contactés par Le Figaro, les hôpitaux de Marseille ont refusé de donner un commentaire tout en promettant de rendre public un communiqué de presse à ce sujet la semaine prochaine.

La mobilisation anti-pass en baisse

Les manifestations anti-pass perdent pourtant de l’ampleur pour la quatrième semaine de suite.

141.655 personnes ont défilé le 4 septembre dans toute la France pour la 8e semaine consécutive alors que le samedi précédent, ils étaient près de 160.000, d’après le bilan du ministère de l’Intérieur. Selon le collectif militant Le Nombre jaune, le chiffre s’élevait le 28 août à 323.294 «minimum».

215 rassemblements et 21 interpellations ont eu lieu, dont trois dans la capitale. Un membre des forces de l’ordre a été légèrement blessé.

À Paris, 18.425 personnes sont descendues dans les rues en cinq rassemblements distincts. À Marseille, jusqu’à 2.500 opposants se sont réunis, relate un journaliste de BFM TV. La préfecture de la ville a choisi d’instaurer l’interdiction de plusieurs rassemblements en raison de la «braderie des commerçants du centre-ville» et de la mobilisation des forces de l’ordre pour le Congrès mondial de la nature.

Selon un sondage Odoxa-Backbone pour Le Figaro, publié le 2 septembre, 67% des Français se montrent favorables au pass sanitaire mis en place par l’exécutif.

Dan la même rubrique