La Chine construit des cibles de missiles en forme de porte-avions américains et de destroyers dans un désert reculé

La Chine construit des cibles de missiles en forme de porte-avions américains et de destroyers dans un désert reculé

L’armée chinoise a construit des cibles sous la forme d’un porte-avions américain et d’autres navires de guerre américains dans le désert du Taklamakan dans le cadre d’un nouveau complexe de cibles, selon des photos fournies à USNI News par la société d’imagerie satellite Maxar.

Le contour à grande échelle d’un porte-avions américain et d’au moins deux destroyers de la classe Arleigh Burke font partie de la gamme de cibles qui a été construite dans la région de Ruoqiang en Chine centrale. Le site se trouve à proximité d’une ancienne zone de cible utilisée par la Chine pour tester les premières versions de ses missiles balistiques antinavires DF-21D, dits porte-avions, selon des articles de presse de 2013.

Cette nouvelle gamme montre que la Chine continue de se concentrer sur les capacités anti-transporteurs, en mettant l’accent sur les navires de guerre de la marine américaine. Contrairement à la cible en forme de porte-avions de la marine iranienne dans le golfe Persique, la nouvelle installation montre des signes d’une portée de cible instrumentée sophistiquée.

La cible du porte-avions elle-même semble être une surface plane sans l’île du porte-avions, les ascenseurs d’avions, les flotteurs d’armes ou d’autres détails, comme le montrent les images de Maxar. Au radar, le contour du porte-avions se détache du désert environnant – un peu comme une image cible, selon les images fournies à USNI News par Capella Space.

Il y a deux autres zones cibles représentant un porte-avions qui n’ont pas de métal, mais se distinguent en tant que porte-avions en raison de leur contour. Mais d’autres cibles de navires de guerre semblent être plus élaborées. Il y a de nombreux poteaux verticaux positionnés dessus, peut-être pour l’instrumentation, selon l’imagerie. Alternativement, ceux-ci peuvent être utilisés pour les réflecteurs radar afin de simuler la superstructure du navire.

L’établissement dispose également d’un vaste réseau ferroviaire. Une image du 9 octobre de Maxar montrait une cible de 75 mètres de long avec une instrumentation étendue sur un rail de 6 mètres de large.

La zone a été traditionnellement utilisée pour les tests de missiles balistiques, selon un résumé des images Maxar de la société de renseignement géospatial AllSource Analysis qui a identifié le site à partir d’images satellite.

“Les maquettes de plusieurs navires de guerre américains probables, ainsi que d’autres navires de guerre (montés sur rails et mobiles), pourraient simuler des cibles liées aux tests de recherche/acquisition de cibles”, selon le résumé d’AllSource Analysis, qui a déclaré qu’il n’y avait aucune indication de zones d’impact d’armes. à proximité immédiate des maquettes. « Ceci, et les nombreux détails des maquettes, y compris le placement de plusieurs capteurs sur et autour des cibles du navire, il est probable que cette zone soit destinée à de multiples usages au fil du temps. »

L’analyse des images satellites historiques montre que la structure de la cible porteuse a été construite pour la première fois entre mars et avril 2019. Elle a subi plusieurs reconstructions et a ensuite été substantiellement démantelée en décembre 2019. Le site a repris vie fin septembre de cette année et la structure a été pratiquement terminé au début d’octobre.

La Chine a plusieurs programmes de missiles balistiques antinavires supervisés par la Force de fusée de l’Armée populaire de libération. Le missile terrestre CSS-5 Mod 5 (DF-21D) a une portée de plus de 800 milles marins. Il dispose d’un véhicule de rentrée maniable (MaRV) pour cibler les navires. Le plus grand CSS-18 (DF-26) a une portée d’environ 2 000 milles marins.

“En juillet 2019, le PLARF a effectué son tout premier tir réel confirmé dans la mer de Chine méridionale, tirant six missiles balistiques antinavires DF-21D dans les eaux au nord des îles Spratly”, selon le dernier rapport annuel du Pentagone. sur l’armée chinoise. Les Chinois déploient également un missile balistique antinavire à plus longue portée qui a initialement émergé en 2016.

« Le DF-26 polyvalent est conçu pour échanger rapidement des ogives conventionnelles et nucléaires et est capable de mener des attaques terrestres de précision et des frappes antinavires dans le Pacifique occidental, l’océan Indien et la mer de Chine méridionale depuis la Chine continentale. En 2020, la RPC a tiré des missiles balistiques antinavires contre une cible mobile dans la mer de Chine méridionale, mais n’a pas reconnu l’avoir fait », lit-on dans le rapport.

En plus des missiles balistiques antinavires terrestres, la Chine a un programme visant à équiper les bombardiers H-6 de la marine de l’Armée populaire de libération d’un énorme missile balistique antinavires. Révélé pour la première fois en 2018, le CH-AS-X-13 sera probablement le plus gros missile à lancement aérien existant et serait suffisamment grand pour accueillir une ogive hypersonique.

Une autre plate-forme de lancement possible pour les missiles balistiques antinavires est le nouveau grand destroyer de classe Renhai Type-055. Décrit comme un croiseur lance-missiles, il sera capable d’emporter des missiles balistiques antinavires, selon le rapport du Pentagone.

Ce n’est pas la première fois que la Chine construit une cible de porte-avions dans le désert. Depuis 2003, une grande dalle de béton, à peu près de la taille d’un porteur, a été utilisée comme cible. La dalle, qui fait partie de la gamme d’essais de missiles Shuangchengzi, a été touchée à plusieurs reprises et est fréquemment réparée. Le nouveau site dans le désert du Taklamakan est à 600 miles et est beaucoup plus évolué. Les nouveaux navires cibles sont des approximations plus proches des navires qu’ils sont censés représenter.

Dan la même rubrique