La grande flotte de chars polonaise a-t-elle une chance contre la Russie ?

La grande flotte de chars polonaise a-t-elle une chance contre la Russie ?

La flotte de chars de la Pologne est l’une des plus nombreuses d’Europe, alimentée par les dépenses militaires importantes du pays (pour l’Europe) et basée sur la flotte de chars héritée de l’Armée populaire polonaise. Il se compose d’un mélange de T-72M1 simples, de variantes domestiques de T-72 et de diverses versions du Leopard 2. Ce serait la première ligne de défense dans un conflit terrestre théorique entre la Russie et l’Occident. Mais quelle est la capacité exacte de la flotte de chars polonaise ? Quelle est l’efficacité de ses mises à niveau ? Et quels sont ses projets pour l’avenir ?

Le char le plus abondant en service polonais est le T-72M1, avec 350 chars dans l’inventaire polonais et deux cents en service actif. Il s’agit à peu près de T-72A standard de 1979, dotés d’un canon 2A46 de 125 millimètres de première génération, d’une vision nocturne active et d’un télémètre laser qui transmet les données à un 1A40 FCS. L’armure est la technologie composite soviétique de base : un sandwich de textolite et d’acier. La tourelle avait le blindage de tourelle “Dolly Parton”. Ces chars offrent un niveau de base de capacité de combat mais sont terriblement datés par rapport à n’importe quel char que la Russie mettrait en service. Le blindage de ceux-ci serait probablement pénétré par n’importe quelle munition antichar moderne, à l’exception des RPG légers.

Le char suivant le plus nombreux est le PT-91 « Twardy ». Environ 232 de ces chars sont en service actif. Certains ont été créés à partir de zéro, et d’autres à partir de T-72M1 modernisés, bien qu’il n’y ait pas de différences significatives entre ces deux. Le Twardy est beaucoup plus résistant, avec un récepteur d’avertissement laser polonais SSC-1 Obra, un système d’extinction d’incendie DEUGRA, des ensembles de blindage ERAWA-1 et 2 ERA et les grenades fumigènes WGD-1 “Erb” et WPD-1 “Tellur”. lanceurs. Une sorte de matériau absorbant les radiations (RAM) a été appliqué au châssis et aux boîtiers ERAWA pour réduire la section efficace radar du PT-91.

L’armement reste le canon 2A46, avec un nouveau FCS polonais DRAWA-1T entièrement numérique. Certaines modifications ont été apportées au chargeur automatique pour améliorer le temps de rechargement. Les viseurs ont été améliorés en vision nocturne passive pour toutes les positions d’équipage, et le tireur a reçu un viseur thermique de première génération de sources israéliennes. Certains viseurs thermiques ont été remplacés par des viseurs thermiques domestiques de troisième génération (KLW Asteria-1 de PCO) à mesure qu’ils atteignent leur fin de vie. Un moteur polonais Wola S-12U plus puissant complète l’ensemble de mise à niveau, fournissant 850 chevaux au 780 du T-72M1.

En raison du package ERAWA, le PT-91 est nettement plus résistant que les T-72M1 polonais. Alors que ERAWA-1 ERA est estimé être au même niveau d’efficacité que le Kontakt-1 ERA de conception soviétique des années 1980, ERAWA-2 s’est avéré assez efficace. Il est composé de deux couches d’explosifs empilées dans une seule brique. Cette conception l’aide à vaincre les pénétrateurs en tandem, tels que ceux trouvés sur l’ogive RPG PG-7VR, les ATGM et les conceptions d’obus de canon.

ERAWA-2 s’est avéré avoir vaincu les ATGM russes lors des tests jusqu’au Konkurs. Il a vaincu les projectiles APFSDS et HEAT 3BM15 et 3BK14M 125 millimètres, bien que de manière incohérente. Cependant, ce sont tous des projectiles assez anciens, et ERAWA-2 n’est pas optimisé pour vaincre les pénétrateurs à énergie cinétique. Les projectiles russes modernes APFSDS et HEAT détruiraient probablement ERAWA-2.

Malgré cela, ERAWA-2 sur un blindage de renfort simulant la plaque de glacis avant supérieure du PT-91 s’est avéré efficace pour vaincre l’ogive HEAT à charge en tandem du Panzerfaust 3-IT, qui est estimée à plus de 900 millimètres de pénétration RHA. À partir de ces informations, nous pouvons supposer que les PT-91 seraient toujours facilement pénétrés par les chars russes modernes, mais seraient probablement capables de résister à la plupart des RPG d’infanterie russes et des ATGM russes légers à moyens. Cela étant dit, ERAWA-2 est nettement inférieur aux packages ERA soviétiques tardifs (Kontakt-5) et russes modernes (Relikt), car ils sont connus pour vaincre les pénétrateurs cinétiques à des taux effectifs en plus des ogives HEAT multicharges.

D’autres aspects améliorent la capacité de survie du char, mais pas de manière aussi discrètement mesurable. L’ajout de la RAM est logique, étant donné l’utilisation intensive par les Russes du radar de recherche au sol en reconnaissance. Le récepteur d’avertissement laser donne au char une meilleure connaissance de la situation et est même utilisé dans une version de base d’un système de protection active (APS). Il est possible d’asservir les lanceurs de grenade fumigène à courte portée WGD-1 “Erb” au récepteur d’avertissement laser pour déployer automatiquement de la fumée lors de la détection d’un faisceau laser continu, indiquant qu’un faisceau de guidage est utilisé pour guider un missile de tir. Compte tenu de la large utilisation de ce mode de guidage pour les ATGM russes, il s’agit d’un atout important. Cependant, il est inférieur au Shtora APS complet comme on le voit sur les chars russes T-90, T-90A et T80UK. La suite Shtora complète de ces chars offre également une capacité de brouillage laser avec les fameux «yeux» rayonnants de chaque côté du canon. Les PT-91 n’ont pas cette capacité, mais leur système LWR est déployé à l’échelle de la flotte.

En ce qui concerne l’armement, le PT-91 et le T-72M1 polonais tirent la même gamme de munitions de 125 millimètres. En plus des versions polonaises des obus soviétiques 3OF19 HE-Frag, 3BK14M HEAT et 3BM15 APFSDS, il y a les obus APFSDS polonais. Le plus connu est le « Pronit », une cartouche de 125 millimètres qui utilise un pénétrateur adapté de la cartouche APFSDS M711 Mk 2 120 millimètres d’IMI Systems. Les tiges réelles ont été fournies par Israël, dont certaines étaient défectueuses. Ce fut un scandale mineur dans le gouvernement polonais. La pénétration revendiquée est de 540 millimètres RHAe à deux kilomètres, et le nombre de coups serait très faible. La cartouche qui lui succède n’a pas de nom publiquement connu (certains l’appellent « Pionki »). Il est fabriqué dans le pays et prétend pouvoir pénétrer le RHAe de 520 millimètres à deux kilomètres. Avec ce niveau de pénétration, il est hautement improbable que les PT-91 ou T-72M1 tirant sur un char de première ligne russe (T-72B3, T-80UM, T-90A) soient capables de pénétrer frontalement, car ils sont estimés à ont plus de sept cents millimètres de protection RHAe contre les projectiles à énergie cinétique.

En plus des PT-91 domestiques et des surplus de T-72M1, la Pologne dispose d’une flotte importante de chars Leopard 2 : 142 Leopard 2A4 et 105 Leopard 2A5. Ces chars sont essentiellement des Leopard 2 standard sans aucune révision moderne et disposent des mêmes blindages, thermiques, stabilisateurs et FCS allemands. La Pologne cherche à en acquérir davantage, mais les pays prêts à vendre leurs anciens stocks de Leopard 2 sont difficiles à trouver. On envisage d’acheter des actions suisses, espagnoles, grecques ou finlandaises.

Malheureusement pour la Pologne, leurs munitions de 120 millimètres pour les canons L/44 de leurs Leopard 2 ne fonctionnent pas beaucoup mieux que leurs munitions de 125 millimètres. Les munitions principales sont des stocks d’obus DM33A1 APFSDS achetés avec les chars, évalués à 560 millimètres RHAe à deux kilomètres. Il existe également le tour domestique PZ-531 APFSDS, mais celui-ci n’est évalué qu’à environ 500-520 millimètres RHAe à deux kilomètres. Certaines personnes pensent qu’il s’agit de la cartouche Pionki, reconditionnée dans un boîtier de 120 millimètres. Il existe également la cartouche HE-Frag de 120 millimètres de fabrication polonaise PZ-511. Pour aggraver les choses, il existe des rapports anecdotiques selon lesquels des obus de 120 millimètres de fabrication polonaise produisent plus de fumée que leurs homologues européens, ainsi qu’un incident de raté d’allumage qui a entraîné la mort d’un membre d’équipage. Cela peut indiquer que les cartouches polonaises ne sont pas encore à la hauteur des autres fabricants.

Pour corriger ces problèmes et les paquets de blindage moins que stellaires du 2A4 (comme récemment vu dans les opérations turques les impliquant), l’armée polonaise prévoit de mettre à niveau ses Leopard 2A4 au standard Leopard 2PL (ou 2A4PL). La mise à niveau devrait maintenir les Leopard 2A4 en service pendant encore trente ans. Le package est complet, comprenant un nouveau package de blindage de tourelle lui donnant un blindage espacé similaire au Leopard 2A5, de nouveaux revêtements anti-éclats et de nouveaux compartiments de stockage. Une nouvelle culasse sera ajoutée (tout en conservant le canon court L/44) pouvant accepter de nouvelles cartouches DM11 et DM63 à plus haute pression et des munitions programmables. Semblable au remplacement par le 2A5 des mécanismes de tourelle hydraulique du 2A4 par des mécanismes électriques (en raison de la nature inflammable des fluides hydrauliques dans le réservoir), le 2PL aura des mécanismes de tourelle électriques fabriqués par des entreprises polonaises. Les caméras thermiques dans le viseur du commandant thermique indépendant REVI et dans le viseur du tireur seront remplacées par le KLW Asteria 1 polonais.

En raison de la modernisation en profondeur, le Leopard 2PL sera un Leopard 2 non standard et ne pourra donc pas recevoir de pièces de rechange du club LeoBen, une communauté internationale d’utilisateurs de Leopard 2. Les pièces de rechange devront provenir d’une chaîne logistique différente. La mise à niveau semble axée sur la guerre défensive mécanisée force contre force. L’absence d’améliorations du blindage latéral ou du blindage de la coque oblige le Leopard 2PL à se battre à partir d’une position coque en bas sur la défensive, par opposition à l’offensive. En revanche, les packages de mise à niveau orientés COIN tels que le M1A2 TUSK américain comportent un blindage latéral amélioré et de nombreux boucliers de tireur qui obscurcissent potentiellement le champ de vision du commandant en faveur d’une protection améliorée dans les environnements urbains. Aucune mise à niveau n’est actuellement prévue pour la flotte polonaise de Léopard 2A5, bien que des modifications puissent être nécessaires pour tirer des munitions modernes.

Dan la même rubrique