La Russie a perdu 398 avions/hélicoptères, 1500 chars, 3614 AFV, 752 drones

Le 22 juin, l’état-major général des forces armées ukrainiennes a présenté les dernières données sur les pertes que, selon la partie ukrainienne, les forces armées russes ont subies pendant la guerre en cours, qui a commencé le 24 février par les forces armées de la Russie. Fédération.

Selon les Ukrainiens, l’armée russe a perdu depuis le début de la guerre : 216 avions et 182 hélicoptères [398 au total], 614 drones [toutes classes], 137 missiles de croisière [probablement des missiles abattus], 1496 chars, 3614 véhicules blindés , autres classes [véhicules blindés de transport de troupes à roues, engins d’infanterie de combat, etc.], 752 systèmes d’artillerie [remorqués et automoteurs – on ne sait pas si cela comprend les mortiers de 120 mm, détruits ou capturés], 239 lanceurs de missiles de campagne, 99 anti -des ensembles d’avions [apparemment sans division d’artillerie, missile et missiles d’artillerie], 2543 véhicules non blindés, 60 exemplaires d'”équipements spéciaux” [éventuellement des wagons-citernes détruits au début de la guerre] et 14 navires.

Selon le ministère ukrainien de la Défense, les forces armées de la Fédération de Russie ont perdu 34 230 soldats [tués, grièvement blessés, capturés].

Il convient de noter qu’il s’agit de données du côté ukrainien. La phase actuelle de la guerre en Ukraine, initiée par l’attaque russe du 24 février, se déroule également dans le domaine de la propagande informationnelle, et certes, certaines données ont été colorées pour obtenir l’effet de propagande correspondant.

Cependant, selon des informations provenant de sources accessibles au public, les pertes de la Russie sont en effet très graves – une manifestation de cela pourrait être de compenser les pertes de chars relativement modernes en mettant officiellement en service l’avant des chars T-62 archaïques en 1961

Soit dit en passant, non seulement les Russes subissent de lourdes pertes, mais les forces armées ukrainiennes perdent également rapidement leur équipement et, en raison de la forte intensité des combats dans le Donbass, selon les données ukrainiennes, chaque jour tue 100 à 300 soldats ukrainiens et 500 à 700 autres soldats blessés ou capturés.

Invasion russe de l’Ukraine en 2022

Le 21 février 2022, le gouvernement russe a affirmé que les bombardements ukrainiens avaient détruit une installation frontalière du FSB à la frontière russo-ukrainienne et a affirmé qu’il avait tué 5 soldats ukrainiens qui tentaient de pénétrer sur le territoire russe. L’Ukraine a nié être impliquée dans les deux incidents et les a qualifiés de faux drapeau.

Le même jour, le gouvernement russe a officiellement reconnu la RPD et la RPL autoproclamées comme des États indépendants, selon Poutine non seulement dans leurs zones contrôlées de facto, mais dans l’ensemble des oblasts ukrainiens, et Poutine a ordonné aux troupes russes, y compris des chars , pour entrer dans les régions.

Le 24 février 2022, le président russe Vladimir Poutine a ordonné une invasion de l’Ukraine par les forces armées russes auparavant concentrées le long de la frontière. L’invasion a été suivie de frappes aériennes ciblées sur des bâtiments militaires dans le pays, ainsi que de chars entrant par la frontière biélorusse.

La Russie n’a jusqu’à présent pas reconnu l’invasion de l’Ukraine comme une “guerre”, bien que ce soit exactement ce qu’elle est, affirmant qu’il s’agit d’une “opération militaire spéciale”. Selon l’ONU, au sein de laquelle la Russie a sa représentation permanente, pour qu’une action militaire soit définie comme une « opération militaire spéciale », elle doit faire l’objet d’une résolution émise par l’ONU. Il n’y a pas une telle résolution, qui définit automatiquement les actions militaires des Russes comme une invasion et une guerre contre les citoyens ukrainiens.