L’Ukraine recueille les morts russes alors que la guerre fait rage sur plusieurs fronts

Des pourparlers très complexes sont en cours pour évacuer un grand nombre de soldats blessés d’une aciérie assiégée dans le port stratégique de Marioupol, dans le sud-est, en échange de la libération de prisonniers de guerre russes, a déclaré le président ukrainien.

Marioupol, qui a connu les combats les plus violents en près de trois mois de guerre, est désormais aux mains des Russes, mais des centaines de défenseurs ukrainiens résistent toujours à l’aciérie d’Azovstal malgré des semaines de bombardements intensifs russes.

La résistance ukrainienne féroce, que les analystes disent que le président russe Vladimir Poutine et ses généraux n’avaient pas anticipé lorsqu’ils ont lancé l’invasion le 24 février, a ralenti et, à certains endroits, a également inversé les avancées russes ailleurs en Ukraine.

En plus de perdre un grand nombre d’hommes et de nombreux équipements militaires, la Russie est également sous le choc des sanctions économiques. Les principales économies occidentales du Groupe des Sept se sont engagées samedi dans un communiqué à “augmenter encore la pression économique et politique sur la Russie” et à fournir davantage d’armes à l’Ukraine. Lire la suite

Dans une allocution de fin de soirée, le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a évoqué le sort des personnes piégées sur le site d’Azovstal.

“En ce moment, des négociations très complexes sont en cours sur la prochaine phase de la mission d’évacuation – l’évacuation des blessés graves, des médecins”, a-t-il dit, ajoutant que des intermédiaires internationaux “influents” étaient impliqués dans les pourparlers.

La Russie, qui avait initialement insisté pour que les défenseurs des bunkers tentaculaires de l’ère soviétique sous les aciéries se rendent, a peu parlé publiquement des pourparlers.

La vice-première ministre ukrainienne Iryna Vereshchuk a déclaré samedi à la télévision locale que les efforts se concentraient désormais sur l’évacuation d’environ 60 personnes, dont les plus gravement blessés ainsi que le personnel médical.

L’épouse de l’un des défenseurs de l’aciérie, Natalka Zarytska, a appelé le président chinois Xi Jinping lors d’un briefing à Kiev samedi à “montrer … une grande préoccupation pour les valeurs mondiales et la grande sagesse orientale” et à aider à mettre fin au siège d’Azovstal.

Xi a aligné la Chine sur la Russie, blâmant l’Occident pour la guerre tout en appelant à une résolution diplomatique de la crise.

Beaucoup de ceux qui sont encore à l’usine sont membres du régiment Azov. Le commandant adjoint Sviatoslav Palamar a déclaré que ses forces continueraient à résister aussi longtemps qu’elles le pourraient.

“Notre ennemi, soutenu par des avions et de l’artillerie (…) continue son assaut sur nos positions mais nous continuons à le repousser”, a-t-il déclaré vendredi sur un forum en ligne diffusé sur YouTube.